L’ancien directeur de cabinet du Premier ministre Benjamin Netanyahu a été cité dimanche soir comme étant l’un des six suspects arrêtés dans la matinée pendant une opération dans le cadre de l’enquête sur des faits de corruption entachant un accord à plusieurs millions de dollars avec un armateur allemand.

David Sharan, qui était le directeur de cabinet de Netanyahu entre 2014 et 2016, est soupçonné d’avoir accepté des pots-de-vin, de fraude, d’abus de confiance et de conspiration en vue de commettre un crime. Son identité, initialement placée sous embargo, a été autorisée à la publication par la cour des magistrats de Rishon Lezion dimanche soir, qui a également prolongé sa détention de cinq jours.

Sharan a été nommé au poste de directeur de cabinet en novembre 2014, pour remplacer Ari Harow, confident de longue date de Netanyahu. Le mois dernier, Harow a accepté de devenir témoin de l’accusation pour deux autres enquêtes pour des faits de corruption, qui impliquent le Premier ministre, l’Affaire 1000 et l’Affaire 2000. Netanyahu n’est pas soupçonné de malversation dans l’achat des navires militaires allemands, l’Affaire 3000.

Sharan a quitté son poste de directeur de cabinet en août 2016, à la suite de la décision d’annuler sa nomination en tant que secrétaire du cabinet. Sharan avait à l’époque dit à Netanyahu qu’il avait l’intention de « faire une pause vis-à-vis de son activité gouvernementale et réfléchissait à des propositions d’emploi dans le secteur privé », précisait un communiqué du Bureau du Premier ministre.

David Sharan, directeur de cabinet sortant du Premier ministre Benjamin Netanyahu. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

David Sharan, directeur de cabinet sortant du Premier ministre Benjamin Netanyahu. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Depuis, il a travaillé comme PDG de l’entreprise Eilat Ashkelon Pipeline Company.

Lieutenant colonel de réserve de l’armée israélienne, ancien directeur de cabinet du ministre de l’Energie Yuval Steinitz quand ce dernier était ministre des finances, Sharan est membre du Likud depuis longtemps et proche du Premier ministre. Sa proximité avec les Juifs américains – il a terminé son lycée à Los Angeles en 1988 – était l’une des principales raisons pour lesquelles Netanyahu l’avait choisi pour superviser les négociations avec les mouvements juifs religieux américains sur la création d’une zone de prière ouverte à tous sur l’esplanade du mur Occidental.

L’arrestation de Sharan et de cinq autres personnes, dont l’ancien commandant de la marine l’amiral de réserve Eliezer Marom qui avait déjà été interrogé par les enquêteurs, a eu lieu après le témoignage de Miki Ganor, ancien représentant en Israël de l’armateur allemand ThyssenKryupp, devenu témoin de l’accusation dans l’enquête.

L’Allemagne a reporté en juillet la signature d’un accord pour la vente de trois sous-marins Dolphin de ThyssenKrupp à Israël, selon un responsable israélien. Cette décision intervenait après l’arrestation de plusieurs personnes soupçonnées notamment de corruption et de blanchiment d’argent autour de la transaction.

Parmi les autres suspects figure David Shimron, cousin et avocat personnel de Benjamin Netanyahu, et qui a également représenté ThyssenKrupp en Israël, avait été interrogé puis relâché.

Des responsables israéliens ont assuré que l’Allemagne ne s’était pas retirée de l’accord, mais attendait les résultats de l’enquête, selon le quotidien Yediot Aharonot.

Le ministère israélien de la Justice avait annoncé en février l’ouverture d’une enquête sur cette affaire, soulignant que Netanyahu lui-même n’était pas considéré comme suspect.

Les sous-marins allemands commandés par Israël sont susceptibles d’être équipés de missiles nucléaires et destinés avant tout à des missions d’espionnage au large des côtes iraniennes ou à des attaques en cas de guerre nucléaire entre les deux pays, selon des experts militaires étrangers.