Daniel Zagury, expert psychiatre auprès des tribunaux, a rendu son rapport au juge d’instruction chargé de l’instruction du meurtre de Sarah Halimi le 4 avril dernier par Kobili Traoré.

Selon l’avocat de la famille Halimi, le rapport conclut à une altération du discernement, sans abolition du jugement.

« Selon lui, explique Le Figaro, Kobili Traoré, mis en examen pour homicide volontaire, a agi sous l’empire d’une bouffée délirante aiguë, dont les effets ont été démultipliés par une prise massive de cannabis. L’expert, praticien expérimenté et unanimement respecté, estime que le caractère pathologique du passage à l’acte ne fait aucun doute, mais que la prise volontaire de stupéfiants permet de considérer que le sujet est partiellement responsable. »

L’examen révèle que cette bouffée délirante est « notamment caractérisée par un délire persécutif polymorphe, à thématique mystique et démonopathique » (liée aux démons).

Ce trouble psychotique, selon l’expert, n’est « pas incompatible avec une dimension antisémite » du crime, qualification pas retenue à ce jour dans la procédure.

Dans ce genre d’affaire, si l’abolition du discernement est retenue par la justice, cela signifie la fin des poursuites pénales.

Si le caractère antisémite de l’assassinat de Sarah Halimi est évident pour les avocats des proches de la victime, pour le président de la Licra, Alain Jakubowicz, cité par Le Point, il « est parfaitement légitime que les associations et la communauté juive souhaitent que toute la lumière soit faite sur cette affaire. »

Les avocats Buchinger (d) et Kaminsky communiquant à la presse les éléments concernant le meurtre de Sarah Halimi, le 22 mai 2017 (crédit: capture d'écran Twitter/Jonathan_RTfr)

Les avocats Buchinger (d) et Kaminsky communiquant à la presse les éléments concernant le meurtre de Sarah Halimi, le 22 mai 2017 (crédit: capture d’écran Twitter/Jonathan_RTfr)

« Mais déterminer le mobile d’un acte délictueux ou criminel est extrêmement compliqué quand il n’y a pas d’élément extrinsèques. La seule qualité de la victime ne suffit pas. Ce n’est pas parce que quelqu’un s’attaque à un Juif que c’est en qualité de Juif qu’on est visé. »

Les détails de l’affaire Sarah Halimi avaient été dévoilés lundi 22 mai dans le cabinet de Me Buchinger, avocat de la famille de Sarah Halimi, en présence de nombreux journalistes, laissent peu de place à la spéculation sur l’islamisme de l’accusé, selon les avocats.

En présence du frère de la victime, les avocats ont reconstitué les dernières heures de la victime, les conditions de sa mise à mort, mais aussi le profil du meurtrier, délinquant multi-récidiviste pour trafic de stupéfiants, dont a été évoquée une possible radicalisation en prison, ainsi que sa fréquentation de la mosquée salafiste Omar, rue Morrand dans le quartier de Belleville (où il a passé la journée précédant le meurtre, en habits traditionnels), connue pour des faits de radicalisation en 2014.

Ils ont appelé le juge d’instruction à requalifier l’acte d’accusation, en incluant le motif aggravant d’antisémitisme.

Selon un enregistrement de six minutes détenu par Me Buchinger, réalisé par un témoin immédiatement après la mort de Sarah Halimi, le suspect continuait de faire « des incantations » en récitant des sourates du Coran, et a crié à de nombreuses reprises « Allah akbar ». « Il a clairement manifesté [son islamisme] devant témoins, ajoute Alex Buchinger qui revient sur les faits. Il n’y a pas l’ombre d’un doute. »

« L’homme est entré chez des voisins  de Sarah Halimi d’origine malienne qu’il a terrorisés. Ils se sont retranchés dans une pièce et ont appelé la police. Puis il a enjambé le balcon pour rejoindre celui de l’appartement de Sarah Halimi. Il surprend la dame dans son sommeil, il la torture à coups de poings […]. Le salon était plein de sang, c’est vous dire la violence des coups assénés. Je vous rappelle que quelques heures plus tard, au commissariat, alors qu’il avait été calme jusqu’ici, il s’est rebellé et qu’il a fallu huit policiers pour le contrôler. Deux ont été blessés. »

Durant cette séance de torture, il « traite cette malheureuse dame de ‘Sheitan’ [Satan, en arabe], criant une dizaine de fois ‘Allak akbar’, puis il tente de l’étouffer, et voyant qu’elle respirait encore la prenant par les poignets et la défenestrant en voulant faire croire à un suicide, qu’est ce qu’on veut de plus ? » s’indigne l’avocat, qui insiste : le meurtrier alternait « incantations du Coran » et salves de coups lorsque la dame reprenait connaissance.

Sarah Halimi était connue dans l’immeuble comme une personne de confession juive, et de nombreux accrochages avaient eu lieu dans les mois précédant l’attaque avec la famille du suspect. « Des insultes, des crachats par terre, une des filles de Mme Halimi a été traitée de ‘sale juive’ par une des sœurs du suspect. Le climat était délétère avec cette famille », précise-t-il.

L’AFP a contribué à cet article.