Deux hommes étaient entendus mercredi en garde à vue à Toulouse dans l’enquête sur les complicités dont aurait bénéficié Mohamed Merah en 2012 pour commettre ses crimes au nom du djihad, a-t-on appris de sources concordantes.

Les deux suspects, âgés de 38 et 44 ans, ont été interpellés respectivement lundi soir et mardi matin par les enquêteurs de la police judiciaire de Toulouse et de la Sous-direction antiterroriste (SDAT), co-saisis de l’enquête, a-t-on précisé de sources proches du dossier et de source policière.

On ignorait mercredi s’ils seraient transférés à Paris pour y être entendus par un des juges d’instruction antiterroristes en charge du dossier ou s’ils seraient remis en liberté avant le terme de leur garde à vue qui peut durer 96 heures.

Entre le 11 et le 19 mars 2012, à Toulouse et Montauban, Mohamed Merah a assassiné trois militaires, puis trois enfants et un enseignant juifs, au nom du djihad.

Il a été tué par les policiers du Raid le 22 mars 2012 à l’issue du siège de son appartement à Toulouse.

Depuis, les enquêteurs ont entendu plus d’une quinzaine de personnes en garde à vue. La plupart ont été rapidement relâchées, mais trois hommes ont été mis en examen dans ce dossier.

Deux d’entre eux sont écroués: le frère de Mohamed Merah, Abdelkader, et Fetha Malki.