Le ministre de la Sécurité publique Yitzhak Aharonovitch a annoncé vendredi qu’il prennait sa retraite de la vie politique et qu’il ne tenait pas etre réélu en mars après trois mandats à la Knesset.

Il a pris sa décision à un moment où plusieurs membres de son parti Yisrael Beitenu sont sous enquête policière pour corruption.

Aharonovitch, âgé de 64 ans, a servi 32 ans dans le monde de la défense, se hissant au poste le plus élevé à la Police des frontières. Il a été élu deputé en 2006 sur la liste Yisrael Beitenu, a été ministre du Tourisme de 2007 à 2008. Lorsque Benjamin Netanyahu a formé son gouvernement en 2009, Aharonovitch a été nommé ministre de la Sécurité publique.

Le chef du parti Yisrael Beitenu, le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman, a rendu hommage à Aharonovitch.

« En tant que ministre de la Sécurité publique, et en tant que ministre du Tourisme, Aharonovitch a grandement contribué à l’Etat d’Israël, à sa sécurité et sa force, je suis convaincu qu’Aharonovitch continuera de contribuer à Israël, et nous poursuivrons notre coopération dans l’avenir. »

Magen, l’unité du Shin Bet chargée de la protection des personnalités a renforcé cette semaine la sécurité autour du domicile d’Aharonovitch, après une série de menaces de mort anonymes reçues par lui ces dernières semaines. L’unité a également ordonné au ministre d’Yisrael Beytenu de ne plus se deplacer qu’en véhicule blindé jusqu’à nouvel ordre.

Photomontage d'Yitzhak Aharonovitch en nazi (Crédit : capture d'écran Facebook)

Photomontage d’Yitzhak Aharonovitch en nazi (Crédit : capture d’écran Facebook)

Le mois dernier, un photomontage représentant Aharonovitch habillé en uniforme nazi est apparu sur les médias sociaux, quelques jours après que les portraits d’autres politiciens israéliens aient été retouchés de la meme facon. La légende accompagnant la photo l’accusait d’être un « Judenrat/Kapo en charge de la« sécurité »interne dans le camp de concentration israélien mieux connu sous le nom d’Etat d’Israël ».

Aharonovitch n’aait pas été informé par la police que son propre parti Yisrael Beitenu était sous enquête depuis plus d’un an, jusqu’à l’arrestation à grande échelle de dizaines de suspects le mois dernier dont la vice-ministre de l’Intérieur Faina Kirshenbaum.

Les enquêteurs soupçonnent que de grandes sommes d’argent aient été indûment transférées à des organisations non gouvernementales et à divers autres groupes. En retour, les organismes bénéficiaires auraient fait des nominations népotiques, et une partie de l’argent transferé serait parvenue à des fonctionnaires sous la forme de paiements en espèces ou d’avantages divers.

Aharonovitch n’a appris que le matin du jour de l’interpellationque la police avait arrêté quelque 30 suspects, y compris le directeur général d’un ministère, qui semble être impliqué dans l’affaire.

Liberman a fait présenté l’enquête comme une « chasse aux sorcières » qui a été délibérément lancée avant les élections législatives de mars prochain.

La réputation du parti Yisrael Beitenu a été fortement endommagée par ces allégations. De récents sondages montrent que le parti de droite gagnera entre 5 et 7 sièges aux prochaines élections, beaucoup moins que ses 13 députés siégant actuellement.