L’Iran continue à respecter le gel temporaire d’une partie de ses activités nucléaires, conformément à son engagement auprès des grandes puissances, a appris l’AFP jeudi de sources diplomatiques.

Selon ces diplomates, qui ont pu accéder à un rapport d’étapes mensuel de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), la République islamique respecte à la lettre l’application de l’accord signé à Genève en novembre 2013.

La communauté internationale continue par ailleurs « de garder un œil » sur l’évolution dans une centrale à Téhéran, qui sera utilisée pour la conversion de l’uranium faiblement enrichi, a indiqué un diplomate.

Le 24 novembre dernier, l’Iran avait conclu avec le groupe des 5+1 (États-Unis, Chine, Russie, France, Grande-Bretagne et Allemagne) un plan d’action sur six mois prévoyant un gel de certaines activités nucléaires sensibles en échange de la levée d’une petite partie des sanctions qui étranglent son économie.

Les négociateurs des pays se sont réunis il y a dix jours à Vienne pour un troisième tour de négociations, afin de transformer ce plan d’action -au plus tôt d’ici le 20 juillet- en un accord global garantissant sans l’ombre d’un doute la nature pacifique du programme nucléaire iranien.

La prochaine réunion doit se dérouler le 13 mai, toujours dans la capitale autrichienne. Les négociateurs espèrent commencer à cette date la rédaction d’un accord final, qui viendrait mettre fin à plus d’une décennie de controverses sur le programme nucléaire de la République islamique.