Al-Azhar, l’une des plus prestigieuses autorités de l’islam sunnite, basée en Egypte, a dénoncé jeudi comme des actes « hostile » et « barbare » la fermeture par Israël du mont du Temple, dans la Vieille Ville de Jérusalem.

L’Etat hébreu a pris cette décision rarissime jeudi en raison des tensions à Jérusalem consécutives à une attaque ayant blessé le rabbin Yehuda Glick, et à la mort de son auteur présumé, un Palestinien tué par l’armée israélienne.

Al-Azhar a mis en garde dans un communiqué contre cet « acte hostile », accusant Israël de vouloir « prendre le contrôle de la mosquée Al-Aqsa » et appelant « le monde musulman et la communauté internationale à intervenir immédiatement pour stopper cet acte barbare qui exacerbe le conflit religieux et conduit à l’instabilité dans la région », selon l’agence de presse officielle Mena.

Selon la fondation qui gère le site, la décision israélienne de fermer le mont du Temple jusqu’à nouvel ordre est sans précédent depuis 1967.