Amal Alamuddin, une juriste britannico-libanaise, fiancée de l’acteur américain George Clooney, a été nommée lundi un des trois membres de la commision d’enquête du Conseil des droits de l’homme de l’ONU sur les violations des lois humanitaires dans les opérations militaires à Gaza et dans les territoires occupés.

Dans un communiqué diffusé à Genève, le président du Conseil des droits de l’homme, le Gabonais Baudelaire Ndong Ella, annonce la nomination de Amal Alamuddin, de Doudou Diène (Sénégal), ancien rapporteur spécial de l’ONU, et de William Schabas (Canada), un universitaire enseignant le droit international à Londres.

Amal Alamuddin, 36 ans, est née au Liban et a émigré au Royaume-Uni avec sa famille à l’âge de trois ans au moment de la guerre civile (1975-1990).

Le magazine People avait révélé en avril ses fiançailles avec George Clooney, mettant le Liban en effervescence.

Juriste internationale formée notamment à Oxford, Amal Allamudin a travaillé à la Cour Internationale de Justice en 2004 et elle a aussi été conseillère pour le procureur du Tribunal spécial pour le Liban, précise le communiqué.

Cette commission d’enquête a été mise en place par une résolution du Conseil du 23 juillet pour enquêter sur les éventuelles violations du droit international humanitaire dans les opérations militaires qui ont commencé le 13 juin dernier, et pour identifier ceux qui en seraient responsables en vue de poursuites.

Israël a qualifié la décision du Conseil de « parodie ». « Le Conseil devrait lancer une enquête sur la décision du Hamas de transformer les hôpitaux en centres de commandement militaires, d’utiliser les écoles comme dépôts d’armes et de placer des batteries de missiles à côté des terrains de jeux, des maisons privées et des mosquées », avaient déclaré les services de communication du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, dans un communiqué.

La résolution avait été déposée par la Palestine et adoptée par 29 voix pour, 1 voix contre (les Etats-Unis) et 17 abstentions, lors d’une session extraordinaire du Conseil demandée par les pays arabes, et soutenue par la Russie, pour exiger le respect du droit international dans les territoires palestiniens occupés.

La Commission d’enquête devra soumettre un rapport écrit en mars 2015. Le Conseil doit aussi aborder la question dans sa prochaine session en septembre.