Neuf millions de personnes ont suivi la première interview, le premier monologue selon certaines critiques, du président de la République depuis son bureau de l’Elysée, à la fin du mois d’octobre dernier.

Sur les murs deux tableaux se trouvaient deux tableaux originaux, rompant avec le classicisme de rigueur dans les salles de l’Elysée, à tel point que tous y ont vu la patte du nouveau président, friand de symboles marquant la rupture d’avec les gouvernements précédents.

Actuj a déniché l’origine d’une des deux oeuvres, celle réalisée en tissage de laine, de coton et de soie, aux motifs incertains.

« La tapisserie dite ‘lavande’ a été très remarquée de par sa dimension monumentale (2,94 m x 2,99 m) et par sa position centrale dans le bureau présidentiel, » relate le journal.

PIerre Alechinsky, l’artiste à l’origine de l’oeuvre est né en 1927 à Bruxelles d’un père juif russe ayant fui son pays, et les « persécutions antisémites des groupes pro-tsaristes opposés à l’armée soviétique. Plusieurs de ses œuvres sont exposées en permanence aux musées de Jérusalem et de Tel Aviv ».