Alignement des salaires entre police des frontières et unités de combat
Rechercher

Alignement des salaires entre police des frontières et unités de combat

Cette promesse de meilleurs salaires de la part de Gilad Erdan survient alors que l'unité joue un rôle déterminant dans cette période tendue

Garde-frontières israéliens devant la porte de Damas, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 18 juin 2017. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
Garde-frontières israéliens devant la porte de Damas, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 18 juin 2017. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan a indiqué mardi que les agents de la police des frontières effectuant leur service militaire obligatoire bénéficieraient d’une hausse de leurs salaires, augmentation qui permettra l’alignement avec les salaires reçus par les soldats des unités de combat au sein de l’armée.

S’exprimant lors d’une cérémonie d’allumage des bougies pour Hanoukka, Erdan a expliqué que la police des frontières est la plus importante « colonne d’attaque » – un terme utilisé pour les troupes qui se trouvent sur le front dans l’armée – et que les agents devaient en conséquence toucher un salaire du même niveau que celui des meilleures unités de combat.

« Y a-t-il une colonne d’attaque plus importante aujourd’hui que la police des frontières ? Cela n’existe pas », a-t-il dit.

Erdan a ajouté que les fonds nécessaires pour cette augmentation seraient versés par son ministère.

Les soldats enrôlés dans les unités de combat touchent actuellement 1 600 shekels par mois, alors que les agents de la police des frontières, qui se trouvent à des postes à haut risque, perçoivent à peine 1 100 shekels.

Le ministre de la Sécurité intérieure et des Affaires stratégiques, Gilad Erdan, arrive à la réunion hebdomadaire du cabinet, au bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 31 juillet 2016. (Crédit : Ohad Zwigenberg/Pool/Flash90)

L’appel à un meilleur salaire pour les agents de la police des frontières lancé par Erdan survient alors que la demande pour le service militaire au sein de cette unité a fortement augmenté ces dernières années, surpassant même celle pour les brigades d’infanterie légendaires des parachutistes ou de la brigade Golani.

La popularité croissante de l’unité parmi les recrues coïncide avec une vague d’attentats terroristes qui a commencé il y a plus d’un an et demi, à l’automne 2015. Un grand nombre d’attaques ont été commises à Jérusalem et en Cisjordanie, où la police des frontières intervient de manière extensive.

Un grand nombre de gens considèrent également que les conditions de services au sein de la police des frontières sont meilleures que dans les unités de combat de l’armée, qui changent régulièrement de base et qui passent énormément de temps à l’entraînement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...