L’alyah des Français ne serait pas motivée uniquement par la crainte de l’antisémitisme mais elle serait également stimulée par le développement économique du « pays des start-ups. »

Les records d’alyah du premier semestre 2015, avec un chiffre de 5 100 français ayant rejoint Israël, reflètent une tendance de migration d’une partie de la population juive française.

Contrairement à l’idée répandue, le départ en Israël ne consiste pas en une fuite systématique. Les attentats, dont est victime la communauté juive, ont certes une influence sur l’immigration des juifs de France mais elle ne serait être réduite à cet unique facteur d’insécurité.

Le nombre de participants au programme MASA est en constante augmentation. Ces jeunes qui rejoignent de tels programmes sont souvent motivés par les perspectives économiques très attractives d’Israël.

MASA organise des programmes entre un mois et un an pour des jeunes qui veulent tenter l’expérience israélienne tout en étant encadrés.

Ces programmes sont très diversifiés : stages en entreprise, cours intensifs d’hébreu, programmes universitaires mais aussi des programmes religieux et des programmes de volontariat à l’armée. Il y en a pour tous les goûts.

Ynet rapporte les propos d’un agent de l’Agence Juive français, Daniel Ben-Haim qui explique que « 90 % des participants au programme MASA, qui ont entre 18 et 21 ans, font leur alyah à la fin de leur programme. »

Les chiffres reflètent un accroissement constant de l’intérêt porté par la communauté juive pour Israël. Au premier trimestre de 2015, il y a eu une augmentation de 77 % du nombre d’ouverture de dossier d’alyah à l’Agence Juive, indique Ynet.

Des records d’alyah sont attendus cet été.

Daniel Dvi, 19 ans, interviewé par Ynet explique que les attaques terroristes accélèrent le processus d’alyah des juifs français, mais ce n’est pas l’unique raison.

En effet, selon lui, Israël favorise un meilleur avenir professionnel : « Israël est une nation de start-ups, et si tu veux travailler dans la high-tech, c’est un bon endroit où immigrer. »

Le Rav David Partouche du département français de la Yeshiva Machon Meir ajoute que la situation économique de la France pousse la jeune génération à immigrer. Selon lui, « les jeunes voient un meilleur futur économique en Israël. »