Un touriste israélien qui s’amusait à faire voler un drone sans autorisation au-dessus de Paris a été brièvement placé en garde à vue et condamné à une amende de 400 euros, a indiqué vendredi à l’AFP une source judiciaire.

Le drone qui a notamment survolé mercredi matin la Préfecture de police et le parvis de Notre-Dame, dans le centre ultra-touristique de Paris, a été « repéré sur les caméras », a précisé une source policière.

L’incident est intervenu alors que les autorités françaises ont renforcé depuis le 25 septembre les mesures de sécurité de crainte d’attentats, au lendemain de l’annonce de la décapitation en Algérie d’un otage français par ses ravisseurs djihadistes.

Le propriétaire de l’engin, un touriste israélien de 24 ans qui se trouvait sur le parvis de Notre-Dame à l’arrivée des policiers, leur a assuré ne pas connaître la réglementation sur l’usage d’un aéronef à Paris. Il souhaitait filmer l’ensemble des monuments de la capitale « à des fins exclusivement privées », selon une source policière.

Démuni de toute autorisation de survol de la capitale, il a été interpellé et placé en garde à vue pendant 24 heures.

Le jeune homme a été condamné jeudi à verser une amende de 400 euros pour « conduite d’un aéronef non conforme avec les règles de sécurité ».

Son appareil, qui au moyen d’une caméra portative « Go Pro » et d’une carte mémoire possédait cinq minutes d’enregistrement, a été placé sous scellé.