Le président Barack Obama recevra mardi après-midi à la Maison Blanche le roi Abdallah II de Jordanie, quelques heures après la diffusion par le groupe Etat islamique d’une vidéo de l’exécution d’un pilote jordanien, brûlé vif dans une cage.

La rencontre aura lieu à 18H00 (23H00 GMT), a précisé l’exécutif américain. Le roi de Jordanie a déjà rencontré mardi le secrétaire d’Etat John Kerry et le vice-président Joe Biden.

Obama a dénoncé la « cruauté et la barbarie » de l’EI, appelant à redoubler de « vigilance et de détermination » pour lutter contre cette organisation.

La djihadiste irakienne emprisonnée en Jordanie et réclamée par le groupe Etat islamique sera exécutée mercredi, a indiqué mardi un responsable de la sécurité, peu après qu’Amman eut menacé l’EI d’une riposte « terrible » à l’exécution de son pilote.

L’EI avait dit ces derniers jours qu’il laisserait la vie sauve au pilote Maaz al-Kassasbeh si Amman relâchait la djihadiste irakienne Sajida Al-Rishawi mais les autorités jordaniennes réclamaient d’abord des preuves de vie de leur pilote.

« La peine de mort à l’encontre de (…) l’Irakienne Sajida Al-Rishawi sera exécutée demain à l’aube », a indiqué à l’AFP une source de sécurité jordanienne s’exprimant sous couvert de l’anonymat.

A gauche, une photo du pilote jordanien,  Maaz al-Kassasbeh, et à droite, la djihadiste de l'EI retenue en Jordanie depuis 2006, Sajida al-Rishawi (Crédit : AFP PHOTO / HO)

A gauche, une photo du pilote jordanien, Maaz al-Kassasbeh, et à droite, la djihadiste de l’EI retenue en Jordanie depuis 2006, Sajida al-Rishawi (Crédit : AFP PHOTO / HO)

Cette femme avait été condamnée à mort pour sa participation à des attentats meurtriers en 2005 à Amman, qui avaient fait 60 morts.

« La réponse de la Jordanie sera ferme, terrible et forte », avait indiqué plus tôt à la télévision publique le ministre de l’Information Mohammad Momani.

François Hollande condamne « l’assassinat barbare »

Le président français François Hollande a condamné mardi soir « l’assassinat barbare » d’un pilote jordanien capturé en décembre par le groupe djihadiste Etat islamique (EI).

François Hollande (Crédit : AFP)

François Hollande (Crédit : AFP)

« Le Président de la République condamne avec force l’assassinat barbare d’un officier de l’armée jordanienne, Moaz al-Kassasbeh, otage de Daech en Syrie » et « présente ses condoléances à sa famille et au peuple jordanien », indique l’Elysée dans un communiqué.

François Hollande exprime aussi « son amitié et son soutien au Roi Abdallah II dans cette épreuve ».

L’ONU dénonce un « acte effroyable »

Les Nations unies ont appelé à redoubler d’efforts pour combattre le terrorisme et l’extrémisme.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a qualifié ce meurtre « d’acte effroyable ».

Dans une déclaration unanime, les 15 pays membres du Conseil de sécurité ont « condamné fermement » un « acte haineux et lâche (qui) montre une nouvelle fois la brutalité » de l’EI.

Ils déclarent que « de tels actes barbares perpétrés par l’EI ne les intimident pas mais renforcent plutôt leur détermination » à lutter contre le groupe djihadiste et les autres mouvements extrémistes.

Ban Ki-moon (Crédit : Don Emmert/AFP)

Ban Ki-moon (Crédit : Don Emmert/AFP)

Les 15 pays « rendent hommage aux efforts résolus du gouvernement jordanien pour contrer la menace terroriste (…) et exhortent la communauté internationale à coopérer étroitement avec les autorités jordaniennes pour soutenir ces efforts ».

La Jordanie est membre non permanent du Conseil de sécurité.

Le porte-parole de M. Ban, Stéphane Dujarric, a rapporté que « les pensées du secrétaire général vont à la famille et aux proches » du Lieutenant Moaz al-Kassasbeh. M. Ban « partage leur deuil et exprime sa solidarité avec le gouvernement et le peuple jordaniens en dénonçant cet acte effroyable ».

Ban « exhorte tous les gouvernements à redoubler d’efforts pour combattre le fléau du terrorisme et de l’extrémisme, dans les limites de leurs obligations de respect des droits de l’homme ».

« La France et la Jordanie continueront d’agir ensemble contre les terroristes et pour la paix au Moyen-Orient », conclut le communiqué.

Dans une vidéo diffusée mardi, le groupe État islamique a proféré de nouvelles menaces contre la France en affirmant avoir des milliers de partisans dans ce pays prêts à mener des attaques.

Entouré de six autres hommes en treillis, armés et masqués, un djihadiste a notamment appelé en français les musulmans à attaquer au couteau les policiers et les soldats pour se procurer des pistolets et des fusils.

Le chef du Centcom condamne le « meurtre sauvage »

Le commandant des forces militaires américaines au Moyen-Orient, le général Llyod Austin, a condamné mardi le « meurtre sauvage » du pilote jordanien, qui aurait été brûlé vif par l’Etat islamique (EI) selon une vidéo diffusée par le groupe djihadiste.

« Cet acte violent est un nouvel exemple » de la « brutalité et de l’idéologie dévoyée » du groupe EI, a estimé le général Austin dans un communiqué, en promettant de « combattre cet ennemi barbare jusqu’à ce qu’il soit vaincu ».

Le pilote jordanien, Maaz al-Kassasbeh, « a servi son pays courageusement et honorablement, et en tant que membre de la coalition anti-EI il était l’un d’entre nous », a ajouté le général Austin qui a sous sa responsabilité les forces américaines engagées contre l’EI.

Le gouvernement jordanien a prévenu que la riposte du royaume à la mort de son pilote serait « terrible ». Selon une source de sécurité jordanienne, la Jordanie va exécuter mercredi une djihadiste irakienne réclamée par l’EI.

Barack Obama (Crédit : Jim Watson/AFP)

Barack Obama (Crédit : Jim Watson/AFP)

Le président Obama a appelé de son côté à redoubler de « vigilance et de détermination » pour lutter contre l’EI.

La diffusion de l’EI intervient trois jours après celle de la décapitation du journaliste japonais Kenji Goto. Un premier Japonais avait déjà été exécuté de cette façon une semaine auparavant.

Maaz al-Kassasbeh, un sous-lieutenant de 26 ans, était sorti de l’école de l’armée de l’air Roi Hussein et venait de se marier, selon le site jordanien Saraya, généralement bien informé.

Le groupe djihadiste, accusé de nettoyage ethnique et de crimes contre l’Humanité par l’ONU, a multiplié les exactions -décapitations, rapts, crucifixions- dans les régions sous son contrôle.