Amnesty International a rejeté une motion appelant à lutter contre la montée de l’antisémitisme en Grande-Bretagne, en affirmant se battre contre toutes les discriminations et refuser de distinguer entre les groupes, a annoncé mardi le journal juif britannique The Jewish Chronicle.

La résolution exhortait à faire « campagne contre l’antisémitisme au Royaume-Uni et à faire pression sur le gouvernement pour lutter contre la hausse des attaques ».

Cette résolution a été rejetée par 468 voix contre 461 à l’assemblée générale annuelle d’Amnesty international en début de semaine.

« C’était la seule résolution qui a été rejetée pendant toute la conférence », a déclaré Andrew Thorpe-Apps, qui a présenté la motion en mars lorsqu’il a commencé à se préoccuper de la montée de l’antisémitisme au Royaume-Uni.

« J’ai été consterné par ce que j’ai vu dans la presse au sujet de la communauté juive et une organisation comme Amnesty devrait vraiment ajouter sa voix à cette lutte, comme il le fait pour d’autres questions lié aux droits de l’Homme », a déclaré Thorpe-Apps, qui n’est pas Juif.

L’ONG a défendu ainsi son rejet : « Après un débat vraiment intéressant où tout le monde a condamné la discrimination contre tous les groupes ethniques et religieux, nos membres ont décidé de ne pas adopter cette résolution appelant à une campagne qui a un seul objectif », a déclaré le chargé de presse d’Amnesty International au Royaume-Uni, Neil Durkin.

« Amnesty International se bat contre la discrimination sous toutes ses formes et continuera de le faire. »

Durkin a ajouté que la section britannique d’Amnesty va maintenir cette question à l’ordre du jour.

« Le conseil d’Amnesty au Royaume-Uni, qui a soutenu la résolution, se penchera sur les résultats du vote lors de sa prochaine réunion », a-t-il affirmé.

Thorpe-Apps a demandé Amnesty de soutenir un rapport publié récemment par le groupe parlementaire – qui rassemble plusieurs partis – contre l’antisémitisme qui révèle l’attitude alarmante face à l’antisémitisme au sein de la population britannique.

« J’ai récemment rejoint [ce groupe] et je crois passionnément aux droits de l’Homme », a-t-il expliqué.

« J’étais conscient que l’organisation était ouvertement pro-palestinienne dans le passé, mais elle n’a pas défendu la population juive et je pense que cela serait bien qu’elle le fasse. »