Le 29 octobre dernier, à l’occasion de la sortie du livre Si tu es un homme de Benny Boret a eu lieu le concert « Le Violon de mon Père » au musée d’Art de Tel Aviv.

Ce concert fait partie d’une série de concerts – « Les violons de l’espoir » – produit par Benny Boret et interprété par l’orchestre Camerata d’Israel-Jerusalem.

Plusieurs artistes et musiciens ont partagé cette scène, notamment Anne Gravoin, violoniste et épouse de l’ex- Premier ministre Manuel Valls. Anne Gravoin a joué avec un violon très spécial « un violon rescapé de Drancy » restauré par le luthier Amnon Weinstein à Tel Aviv.

« Ce violon c’est aussi mon histoire, » a-t-elle dit.

Pour raconter l’histoire de ce violon, des personnalités telles que Gilbert Montagné, Elie Chouraqui et Bernard Bitan ont été invités sur scène sous les yeux du public dont faisait partie l’ancien Premier ministre Manuel Valls, qui a donné deux jours plus tard une conférence organisée par Elnet et la Tal Business School.

Les profits de ce concert ont été reversés au Jaffa Institute pour les enfants défavorisés d’Israël, représenté par le Lt Col Yaacov Perez.

Anne Gravoin avait été au centre de plusieurs attaques visant Manuel Valls alors Premier ministre. En 2014, le joueur de football Nicolas Anelka avait relié l’activisme de Manuel Valls contre les spectacles de Dieudonné à la religion juive d’Anne Gravoin.

Des propos similaires avaient été tenus par Roland Dumas au micro de Jean-Jacques Bourdin en février 2015.

Plus récemment, en 2016, un élu municipal, qui s’est depuis longuement excusé, traçait un parallèle entre le combat de Manuel Valls contre l’anti-sionisme et la religion de son épouse.