Malgré les mises en garde contre une crise humanitaire croissante et de possibles éruptions de violence, Israël a réduit lundi la quantité d’électricité que le pays fournit à la bande de Gaza, accédant à une requête de l’Autorité palestinienne (AP).

L’Autorité palestinienne chargée des ressources énergétiques et naturelles (PENRA) a annoncé dans un communiqué publié sur son site internet qu’Israël avait réduit son approvisionnement en électricité de huit mégawatts par heure.

L’Etat juif a fourni depuis deux mois 125 mégawatts par heure à Gaza, et est la principale source d’énergie du territoire, permettant aux Gazaouis, gouvernés par le Hamas, de n’avoir que quatre à six heures d’électricité par jour.

Sami Abu Zuhri, porte-parole du groupe terroriste du Hamas, a déclaré qu’Israël « porte la responsabilité des conséquences de cette réduction » car il « lève des impôts sur les passages [vers Gaza] qui sont suffisants pour payer l’électricité de Gaza et même plus. »

La PENRA, dans son communiqué, a qualifié la réduction de « démarche initiale » d’Israël visant à mener à bien sa décision de « petit à petit » baisser significativement la fourniture d’électricité à Gaza.

Un vendeur de rue palestinien derrière son stand devant la plage de Gaza, durant une coupure d'électricité, le 11 juin 2017. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Un vendeur de rue palestinien derrière son stand devant la plage de Gaza, durant une coupure d’électricité, le 11 juin 2017. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

L’Autorité basée à Gaza a déclaré que cette initiative pourrait avoir « des effets dangereux sur la situation de l’électricité dans la bande de Gaza ».

Le porte-parole de la PENRA Mohammad Thabbet a indiqué lundi au site d’information gazaoui al-Raiy que le territoire bénéficierait bientôt de seulement deux à trois heures d’électricité quotidienne, une fois qu’Israël aurait achevé son processus de réduction.

Thabbet a également dit au média palestinien Safa qu’après cette réduction, la compagnie d’électricité de Gaza ne serait plus en mesure de maintenir le calendrier actuel de quatre heures d’électricité suivies d’une coupure de 12 heures.

La branche du ministère israélien de la Défense chargée de superviser le transfert d’électricité à Gaza n’a pas répondu à nos questions sur cette baisse au moment de la publication de cet article.