Le premier ministre Benjamin Netanyahu a appelé mardi le Conseil des droits de l’homme des Nations unies à enterrer son rapport sur la guerre de l’été dernier dans la bande de Gaza, peu de temps après l’annonce de la démission de William Schabas, qui était en charge de la commission d’enquête.

« Après la démission du président de la commission, qui avait un parti pris contre Israël, le rapport ne doit pas être publié », a déclaré Netanyahu dans un communiqué.

Et d’ajouter, que le rapport a été « initié par le CDH, un organisme anti-israélien qui a prouvé, par ses décisions, qu’il n’avait rien à voir avec les droits de l’homme. En 2014, le conseil avait adopté plus de résolutions contre Israël que contre l’Iran, la Syrie et la Corée du Nord confondus ».

Netanyahu a soutenu que l’armée israélienne avait agi en conformité avec le droit international pendant la guerre et que ce sont le Hamas et les groupes terroristes qui devraient être soumis à une enquête, et non Israël.

Le ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman a également salué, mardi, la démission de Schabas, tout en affirmant que cela ne changerait pas les conclusions de la commission.

Dans une critique féroce de la nomination du professeur de droit canadien, qui par le passé a exprimé de vives critiques envers Israël, il a comparé le rôle de Schabas dans l’enquête à « la nomination de Caïn pour enquêter sur le meurtre d’Abel ».

Liberman a présenté la démission de Schabas comme « un autre succès pour la diplomatie israélienne », mais il a déclaré que les conclusions de la commission resteraient inchangées, reflétant l’organisme international « biaisé » qui l’a formé « dont le seul but est dénigrer et de nuire à Israël ».

Le ministre des Affaires étrangères a néanmoins remarqué que la démission de Schabas souligne une fois de plus « le genre de personnes qui composent la commission et son parti pris inhérent ».

La démission « prouve que même les plus grands hypocrites parmi les organisations internationales ne peuvent pas ignorer le fait que la nomination de Schabas pour enquêter sur Israël est comme la nomination de Caïn pour enquêter sur le meurtre d’Abel », a déclaré Liberman.

Le ministre du Renseignement et des Affaires stratégiques, Yuval Steinitz, a affirmé que la décision de Schabas de démissionner « invalidait dans la pratique tous les travaux de la commission jusqu’à ce jour ». Il a ajouté qu’une telle enquête contre le comportement d’un pays démocratique est sans précédent.