C’est à un véritable exercice d’équilibriste qu’a du se livrer Alizza Bin Noun, ambassadrice d’Israël en France au micro d’Europe 1 mardi matin pour parler de la résolution 2334 mettant en cause Israël.

« Israël continue-t-il de considérer la France comme une alliée ? », « Avigdor Liberman appelle les Juifs de France à partir en Israël, la France n’étant ‘pas leur terre’. Qu’en pensez-vous ? ».

Alizza Bin Noun a donc opté par exposer clairement le point de vue israélien sur la résolution, tout en évitant les dérapages : « On ne peut pas régler la question israelo-palestinienne à travers l’ONU, a-t-elle expliqué. Le passé a montré qu’Israël était prêt à négocier et d’arriver à un accord de paix avec l’Egypte et la Jordanie à travers des négociations directes ».

La notion de « négociations directes » reviendra souvent dans la discussion.

« Benyamin Netanyahu a appelé Mahmoud Abbas ces deux dernières années pour venir s’asseoir autour de la table et pour commencer un dialogue direct » a-t-elle ajouté.

« Mais je pense, et c’est très important, que ce n’est pas à travers l’ONU que se résoudra la question. Le vrai problème est que les Palestiniens ne veulent pas reconnaître Israël comme un pays juif. »

Interrogé sur les futures relations avec la France suite à son vote positif lors de la dernière assemblée de l’ONU, l’ambassadrice use de la formule diplomatique de rigueur : « Avec la France, nous sommes d’accords que nous ne sommes pas d’accord sur la question palestinienne. Mais la France est un pays ami avec qui nous avons des valeurs communes ».

Quant aux déclarations fracassantes de Liberman qui demande aux Juifs de quitter la France, elle qui est « le lien entre Israël et la France » répond dans un sourire que « Liberman est un homme politique très important » mais que « l’alyah est la décision de chacun ».


Aliza Bin-Noun : « On ne peut pas résoudre le… by Europe1fr