Après les roquettes, le maire de Sdérot exhorte l’armée à « bombarder sans pitié »
Rechercher

Après les roquettes, le maire de Sdérot exhorte l’armée à « bombarder sans pitié »

Le conseil régional de Shaar Hanegev a par ailleurs annulé un tournoi de football junior

Alon Davidi (Crédit : Capture d’écran YouTube)
Alon Davidi (Crédit : Capture d’écran YouTube)

Le maire de la ville de Sdérot, dans le sud d’Israël, a appelé mercredi le gouvernement et l’armée à répondre « sans pitié » aux tirs de roquettes des terroristes palestiniens de Gaza.

Plus tôt mercredi soir, quatre roquettes ont été tirées sur Israël depuis Gaza. Deux des projectiles ont été interceptés par le système de défense antimissile du Dôme de Fer, une troisième roquette est tombée sur un terrain vague, et la quatrième est tombée juste à la lisière de la frontière et est tombée sur une école dans la bande de Gaza, selon des responsables israéliens.

En réponse, l’armée israélienne a lancé une série de frappes aériennes contre des cibles du Hamas à Gaza, pendant la nuit de mercredi, selon l’armée. Dans un communiqué, le porte-parole de l’armée a déclaré que les avions israéliens avaient ciblé trois installations militaires appartenant à l’organisation terroriste du Hamas dans différentes parties de la bande de Gaza.

Le maire de Sdérot, Alon Davidi, dans une déclaration publiée avant les frappes de l’armée, a exhorté le gouvernement et l’armée à prendre des mesures plus agressives.

« Je m’attends à ce que le Premier ministre, le ministre de la Défense et le commandant de Tsahal frappent les groupes terroristes sans pitié », a déclaré Davidi.

« Nous ne tolérerons pas la poursuite des tirs sur la ville de Sdérot. »

Le maire semblait également critiquer les frappes de Tsahal contre les installations du Hamas dans la bande de Gaza après chaque attaque à la roquette.

La roquette lancée mercredi soir a déclenché des sirènes et les Israéliens de la ville de Sdérot, ainsi que dans les régions d’Eshkol, Sha’ar Hanegev, Sdot Hanegev et Hof Ashkelon, ont dû se mettre à couvert, selon l’armée.

Aucun blessé n’a été signalé mais deux Israéliens ont été pris en charge pour des crises d’angoisse et un homme d’une trentaine d’années a été légèrement blessé à la jambe alors qu’il courait vers un abri anti-bombe, a indiqué le Magen David Adom.

Le conseil régional de Shaar Hanegev a annulé un tournoi de football qui avait été programmé pendant les huit jours de la fête de Hanoukka, qui a débuté mardi soir, a précisé mercredi Hadashot. Des centaines d’enfants devaient participer à la compétition, mais après que de nombreux parents ont contacté les organisateurs pour faire part de leurs préoccupations en matière de sécurité, l’événement a été annulé.

Sdérot et d’autres communautés dans la zone frontalière de Gaza ont été visées par des milliers de roquettes tirées depuis Gaza au cours des années passées.

La semaine dernière, une roquette a atterri dans la cour d’un jardin d’enfants à Sdérot. La roquette a endommagé le bâtiment du jardin d’enfants, notamment en brisant une vitre, mais il n’y a eu aucun blessé. Personne n’était dans le bâtiment quand la roquette est tombée.

Depuis que le président américain Donald Trump a officiellement reconnu Jérusalem comme la capitale d’Israël la semaine dernière, à la grande colère ses Palestiniens, 16 roquettes ont été tirées de Gaza visant le sud d’Israël. L’armée israélienne a réagi à chaque attaque en ciblant les infrastructures militaires du Hamas. Israël a déclaré qu’il tient le groupe terroriste responsable de ce qui se passe dans la bande de Gaza. Le Hamas a pris le contrôle de Gaza en 2007.

Une source de sécurité palestinienne a déclaré qu’il y avait eu plus de 10 frappes sur des cibles pendant la nuit mercredi, qui comprenait un site naval du Hamas et une base militaire près du camp de réfugiés de Shati, dans le nord de Gaza.

La source a indiqué que des dommages importants avaient été causés sur ces sites, ainsi que des dommages mineurs aux maisons voisines, causant des blessures sans gravité.

Il n’y a eu aucune confirmation du bilan des blessés du ministère de la Santé à Gaza.

En réponse à l’augmentation des tirs, Israël a déclaré qu’il fermerait ses points de passage avec la bande de Gaza, ce qui est une mesure punitive rare.

La semaine dernière, le Hamas a appelé à une nouvelle Intifada contre Israël. Le groupe terroriste a exhorté les Palestiniens à se confronter aux soldats et aux résidents d’implantation et a permis à des milliers de Gazaouis d’affronter les troupes israéliennes à la barrière frontalière de Gaza ces derniers jours.

Le chef du Hamas Ismail Haniyeh et le porte-parole Fawzi Barhoum lors d’une manifestation dans la ville de Gaza, le 22 juillet 2017. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Son chef Ismail Haniyeh a loué la « bénédiction de l’Intifada » et a exhorté à la libération de Jérusalem. Il a fait comprendre que le groupe cherchait à intensifier la violence contre Israël.

Dans un discours mercredi dernier à la Maison Blanche, Trump a insisté sur le fait que, après des échecs répétés pour parvenir à la paix, une « nouvelle approche » s’imposait depuis longtemps et a annoncé sa décision de reconnaître Jérusalem comme le siège du gouvernement israélien.

La décision a été saluée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu et par les dirigeants d’une grande partie du spectre politique israélien.

Trump a souligné qu’il ne précisait pas les limites de la souveraineté israélienne dans la ville, et a appelé à ne pas changer le statu quo dans les lieux saints de la ville.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...