Après l’interception d’une roquette par le Dôme de fer, des cibles du Hamas visées par l’armée à Gaza
Rechercher

Après l’interception d’une roquette par le Dôme de fer, des cibles du Hamas visées par l’armée à Gaza

Il y a eu deux séries de tirs de roquettes et autant de réponses israéliennes au lendemain de la destruction par Israël d'un tunnel du Hamas creusé sous la frontière

Fusées éclairantes tirées par les forces israéliennes pour surveiller la frontière de la bande de Gaza, vues depuis Gaza Ville, le 6 février 2017. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Fusées éclairantes tirées par les forces israéliennes pour surveiller la frontière de la bande de Gaza, vues depuis Gaza Ville, le 6 février 2017. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

L’armée israélienne a mené lundi des frappes et des bombardements contre des positions du mouvement terroriste du Hamas dans le nord de la bande de Gaza, après le tir d’une roquette sur la ville d’Ashkelon, dans le sud, en provenance de l’enclave palestinienne.

Au moins deux roquettes ont été tirées depuis la bande de Gaza et la seconde a été interceptée par le système israélien de défense anti-missile du Dôme de fer, a ajouté l’armée.

Après le lancement du projectile, un avion et un char israélien ont attaqué des postes militaires du Hamas dans la bande, a indiqué l’armée, qui note qu’elle tient pour responsable le groupe terroriste qui dirige Gaza de toutes les agressions à la roquette.

La roquette, lancée aux environs de 23 heures 30, a entraîné l’activation des sirènes d’alarme à Ashkelon, dans la région de Lachish et dans le secteur entourant la bande de Gaza.

L’armée israélienne a indiqué que le Dôme de fer était parvenu à intercepter la roquette. Aucun blessé n’est à déplorer.

Le tir, survenu quelques heures après qu’Israël a frappé une position du Hamas à Gaza en réponse à un premier tir de missile depuis la bande, n’a pas été revendiqué.

Le site où s’est abattu le premier projectile n’a pas encore été identifié, a expliqué l’armée, mais des informations indiquent qu’au moins un missile est tombé dans un champ ouvert à proximité de la clôture frontalière dans la région d’Eshkol, à l’opposé du sud de la Bande.

« L’armée israélienne tient le Hamas pour responsable de ces actes d’agression émanant de la bande de Gaza », a ajouté l’armée.

Les tensions se sont accrues entre Israël et Gaza depuis la semaine dernière après que le président américain Donald Trump a annoncé la reconnaissance de Jérusalem en tant que capitale d’Israël, entraînant des manifestations le long de la frontière, entre autres, et un appel de la part des dirigeants du Hamas à une nouvelle intifada.

Au cours du week-end, plusieurs roquettes ont été lancées sur Israël par les terroristes de Gaza, notamment une qui est tombée à proximité d’une habitation à Sdérot et une autre qui a endommagé un jardin d’enfants. Une troisième roquette a été abattue par le système de défense anti-aérienne du Dôme de Fer.

Israël a riposté en frappant un certain nombre de positions du Hamas, tuant deux membres du groupe terroriste qui est le dirigeant de facto de l’enclave palestinienne. Le groupe a juré de se venger dimanche.

« L’ennemi paiera le prix pour avoir brisé les règles de l’engagement de la résistance à Gaza », ont ainsi annoncé les brigades Ezzedine al-Qassam dans un communiqué.

Lundi, Israël a déclaré avoir détruit un tunnel creusé par le Hamas qui s’étendait dans le territoire israélien, qui devait servir apparemment à lancer des attaques.

Le Hamas a appelé jeudi à une nouvelle intifada contre l’Etat juif, il a vivement recommandé aux Palestiniens dans la journée de vendredi de se confronter aux soldats et aux habitants d’implantation et a permis à des milliers de Gazaouis d’affronter les soldats israéliens à la frontière avec Gaza, au cours de ces derniers jours. Son chef, Ismail Haniyeh, a salué vendredi « l’intifada bénie », demandant la libération de Jérusalem et établissant clairement que son groupe cherche l’intensification des violences contre Israël.

Depuis, des milliers de Palestiniens à Jérusalem, en Cisjordanie et dans la bande de Gaza ont manifesté leur colère affrontant des soldats et des policiers israéliens. Au total, quatre Palestiniens (dont deux membres du Hamas) ont été tués et des centaines d’autres blessés dans ces affrontements.

Par ailleurs, Avidgor Liberman, le ministre de la Défense, a déclaré lundi que le front du nord d’Israël n’est pas correctement préparé à la menace de la guerre.

Les villes et les communautés dans le nord « ne sont pas préparées comme elles devraient l’être », a déclaré Liberman, notant que ces communautés seront confrontées aux bombardements les plus violents dans une prochaine guerre.

Il a aussi critiqué le manque d’abri anti-bombes dans ces zones.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...