Une correspondance ADN a permis aux autorités d’arrêter le suspect d’une tentative de viol contre une femme de Holon il y a cinq ans, a annoncé lundi la police dans un communiqué.

La police a arrêté dimanche un Nigérian de 37 ans, dont l’ADN correspond à un échantillon prélevé sur la femme qu’il a tenté de violer en 2012.

La femme, qui avait réussi à se battre contre l’attaquant, avait griffé son visage pendant la lutte.

La police avait collecté les cellules épidermiques et sanguines sous les ongles de la victime afin de tenter d’identifier le violeur, mais l’échantillon ne correspondait à aucune des identités génétiques enregistrées dans ses bases de données.

Le suspect a été arrêté il y a quelques mois pour un autre crime, et la police avait prélevé son ADN.

L’échantillon a ensuite été intégré dans la base de données et une correspondance a été établie avec l’ADN prélevée sous les ongles de la femme.