La police a annoncé lundi l’arrestation d’un enseignant originaire de Galilée, une ville majorité arabe-israélienne, pour suspicion « d’association avec l’Etat islamique ».

L’homme âgé de 24 ans enseigne l’Islam dans un collège de Kafr Kanna, où il vit. La police révèle que lors de la fouille de la maison du suspect, ils ont trouvé des livres, des documents et des dossiers liés à l’organisation terroriste interdite dont un drapeau de l’Etat islamique.

L’enseignant « était récemment en Jordanie et est interrogé par la police sur ses liens avec l’Etat islamique », rapporte le porte-parole de la police Micky Rosenfeld au Times of Israel.

« Nous avons confisqué du matériel qui se trouvait chez lui dont des ordinateurs, des drapeaux et d’autres articles qui sont liés à l’Etat islamique… Il a ramené tout cela de Jordanie. L’enquête
continue », ajoute-t-il.

Cet homme comparaitra devant la cour de district de Hadera mercredi pour être officiellement inculpé. La possession d’objets et de matériels liée à une organisation terroriste qualifiée comme telle est illégale en vertu de la loi israélienne.

Les responsables israéliens et les gouvernements européens se préoccupent de plus en plus des citoyens qui partent rejoindre les combattants de l’Etat islamique en Syrie et en Irak. On pense que des milliers d’étrangers ont rejoint l’organisation djihadiste.

La semaine dernière, un citoyen israélien a été reconnu coupable d’avoir rejoint un pays ennemi pour devenir membre de l’Etat islamique lors d’un séjour de quatre mois en Syrie un peu plus tôt dans l’année.

Le groupe a été officiellement qualifié d’organisation terroriste par le ministre de la Défense Moshé Yaalon plus tôt cette année mettant ainsi à disposition des fonctionnaires israéliens un plus grand nombre d’outils [juridiques] pour poursuivre les membres présumés de l’EI.

Ahmad Sorbaji, 23 ans, d’Umn al-Fahm, a été déclaré coupable d’être allé en Syrie, un pays avec lequel Israël est officiellement en guerre, et d’avoir reçu un entraînement militaire délivré par les groupes de rebelles syriens, dont l’Etat islamique, avec l’intention de participer à la guerre civile syrienne. Sa peine sera annoncée à une date ultérieure.