Le président syrien Bachar al-Assad, engagé depuis 2011 dans une guerre contre les rebelles qui a fait plus de 140 000 morts, a affirmé mardi son rejet du « plan » du secrétaire d’Etat américain John Kerry pour un règlement du conflit israélo-palestinien.

M. Kerry cherche depuis des mois à obtenir l’aval des Israéliens et des Palestiniens sur un « accord cadre » visant à résoudre des décennies de conflit.

S’exprimant devant une délégation jordanienne, M. Assad a, selon l’agence officielle Sana, déclaré que la Syrie « rejetait le plan Kerry et tout ce qui se trame dans la région pour consacrer l’idée d’Israël comme Etat-nation juif et vider la Palestine » de son peuple.

Les pourparlers de paix, initiés par John Kerry, ont repris en juillet 2013 après quasiment trois ans d’interruption. Ils sont censés déboucher d’ici au 29 avril sur un « accord-cadre » traçant les grandes lignes d’un règlement définitif sur les questions dites de « statut final » : les frontières, les colonies, la sécurité, le statut de Jérusalem et les réfugiés palestiniens.

Mais les discussions n’ont pas enregistré d’avancées concrètes et John Kerry a fait savoir que les discussions se poursuivraient probablement au-delà de la date-butoir du 29 avril.

Israël est officiellement en état de guerre avec la Syrie, et occupe depuis 1967 quelque 1 200 km2 du plateau du Golan qu’il a annexés, une décision que n’a jamais reconnue la communauté internationale.