Les forces de sécurité ont ouvert le feu et blessé une femme palestinienne, vendredi, au poste de contrôle de Qalandiya en Cisjordanie alors qu’elle tentait de commettre un attentat à l’arme blanche, a expliqué la police. Il n’y a pas eu d’autres blessés.

“Elle s’est approchée des forces de sécurité, un couteau à la main. Elle n’a pas obtempéré face aux appels des soldats de s’arrêter”, a fait savoir la police, ajoutant que la menace avait été “neutralisée”.

Les militaires lui ont tiré une balle dans la jambe alors qu’elle continuait de s’avancer. Elle a été « légèrement » blessée et placée en état d’arrestation, a dit la police.

Il y a eu une série de tentatives d’attaques au couteau à ce point de contrôle de Qalandiya, carrefour majeur situé entre Jérusalem et le camp de réfugiés de Qalandiya situé au nord de la capitale.

https://twitter.com/MickyRosenfeld/status/814730149002362880/photo/1?ref_src=twsrc%5Etfw

Le carrefour de Qalandiya présente deux couloirs d’approche, l’un pour les piétons et l’autre pour les véhicules. La radio israélienne a rapporté qu’elle était arrivée par le chemin emprunté par les voitures et les camions.

Au mois d’avril, un frère et une soeur palestiniens avaient essuyé des tirs mortels de la part des gardes de la sécurité civile alors qu’ils s’approchaient par la voie réservée aux véhicules. Ils n’avaient pas obéi aux demandes d’arrêt.

Les gardes ont ultérieurement confié qu’ils avaient redouté que les deux individus n’aient prévu une attaque au couteau.

La police soupçonne que les gardes ont eu tort d’abattre les deux Palestiniens – une femme et son frère, alors adolescent – sur le carrefour, même si à l’époque la police avait indiqué que la femme avait jeté une arme blanche aux forces de sécurité et que son frère transportait pour sa part deux lames.

Les responsables de la Défense ont souligné une tendance chez certaines jeunes femmes palestiniennes à avoir, ces derniers mois, en raison souvent de problèmes personnels, tenté de se suicider en perpétrant des attaques au couteau contre les militaires et la police en attendant la riposte par arme à feu, parfois mortelle, de ces derniers.