Depuis une semaine, les exactions des colons et extrémistes –agissant sous l’appellation « le prix à payer »– contre des Palestiniens ou arabes israéliens se sont multipliées.

Des graffitis comme « Le prix à payer » ou à la gloire du rabbin Méir Kahane (le chef du mouvement Kach d’inspiration raciste anti-arabe, ndlr) ont été retrouvés dimanche sur un chantier au nord-ouest de Jérusalem, a t-elle ajouté au lendemain du saccage d’un champ au sud de Jérusalem, en Cisjordanie.

Dans son rapport annuel sur le terrorisme publié mercredi, le département d’Etat américain a déploré que les actes d’extrémistes israéliens, notamment de résidents juifs en Cisjordanie, contre des Palestiniens, « dans leur majorité n’aient pas donné lieu à des poursuites ».

La presse israélienne a annoncé dimanche la tenue d’une réunion d’urgence cette semaine pour discuter des moyens de stopper cette vague de violences contre les Arabes israéliens et les Palestiniens.