A la suite de l’attaque terroriste dans la station de tramway à Jérusalem dans laquelle un bébé de trois mois a été tué mercredi, des responsables politiques israéliens de premier plan ont accusé l’Autorité palestinienne d’avoir semé des graines de violence et d’incitation au terrorisme.

Les funérailles de la fillette de trois mois ont rassemblé mercredi soir des centaines de personnes, dont le président israélien Reuven Rivlin. Ce dernier a exprimé la crainte d’une flambée de violences.

Faisant écho au Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui mercredi s’en est pris à Mahmoud Abbas, plusieurs personnalités ont appelé à des mesures urgentes pour contenir la violence qui couve dans la capitale.

Le ministre de la Défense Moshe Yaalon a affirmé jeudi sur ​​sa page Facebook que l’attaque était « clairement le résultat de ceux qui au sein de l’Autorité palestinienne éduquaient la jeune génération à haïr les Juifs et à les expulser de leur patrie. »

Il a ajouté que « l’Autorité palestinienne n’a pas, et n’a jamais eu, une culture de paix, mais plutôt une culture d’incitation et de djihad contre les Juifs. Cela commence avec les mensonges d’Abbas contre Israël depuis l’ONU, ça se poursuit avec des tentatives palestiniennes persistantes pour nous délégitimer sur la scène internationale et ça se termine par l’incitation dans le système éducatif palestinien. Et voici les terribles conséquences. »

Yaalon faisait allusion à la mort d’un bébé de trois mois, Chaya Zissel Braun, après l’attaque à la voiture-bélier menée par un membre du Hamas de Jérusalem Est qui a blessé également huit autres personnes, dont deux gravement.

« C’est pourquoi nous disons à maintes reprises que les racines du conflit ne sont pas territoriales, mais plutôt dans le fait que les Palestiniens refusent d’accepter notre droit d’exister en tant qu’Etat juif dans quelques frontières que ce soient, » a conclu le ministre de la Défense.

Le ministre de l’Economie Naftali Bennett a fait savoir dans plusieurs déclarations qu’Israël devrait répondre à l’attaque, et à d’autres troubles récents, en annonçant la construction de plus de logements à Jérusalem et en affirmant sa souveraineté sur la ville.

« Celui qui a peur de construire des maisons à Jérusalem, celui qui ignore les jets de pierres dans la capitale, celui qui permet aux stations d’essence d’être brûlées, fait savoir clairement qu’il a renoncé à la souveraineté sur Jérusalem, » a-t-il déclaré.

S’adressant à la radio militaire jeudi matin, Bennett a souligné que l’attaque de mercredi était directement liée aux incidents « interminables » de jets de pierres et autres cocktails Molotov contre les infrastructures de la ville et les maisons juives au cours des derniers mois.

« Il n’y a eu aucune réponse adéquate à ces incidents, » a déclaré Bennett, ajoutant que les attaques ont prouvé que ce n’est « pas le désespoir qui anime nos ennemis, » mais plutôt « l’espoir de nous dégager hors d’ici, » avec de plus en plus d’attaques terroristes.

« Ce que nous devons faire, c’est de dire que nous restons ici, que nous construisons dans notre capitale, et je demande au Premier ministre de délivrer des permis de construction. Sans souveraineté, il ne peut y avoir de sécurité, » a déclaré Bennett, le leader de Habayit Hayehudi.

La députée Ayelet Shaked a parlé dans le même sens et écrit sur ​​sa page Facebook mercredi soir que les terroristes « nous tuent parce qu’ils abritent l’espoir » d’expulser les Juifs d’Israël.

Ayelet Shaked, député Habayit Hayehudi (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Ayelet Shaked, députée Habayit Hayehudi (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Exhortant Netanyahu à annoncer « la construction de milliers de nouveaux logements à Jérusalem, notre capitale, ce soir », elle a estimé que la solution était de « bien leur clarifier que nous n’irons nulle part ailleurs. »

D’autres membres de la Knesset ont posté des photos de Chaya Braun, le bébé tué et enterré mercredi soir. Parmi eux le leader du parti travailliste Isaac Herzog, qui a fait l’éloge de cette « belle et innocente » enfant et a présenté ses condoléances à sa famille.

Lui aussi a abordé le fait que Jérusalem a été en état de « surchauffe » et a appelé le gouvernement à prendre des mesures d’urgence pour « arrêter le cycle de la violence et faire régner le calme ».

« Ce n’est pas le moment pour l’incitation et la critique ; il est temps d’examiner tout ce qui s’est passé au cours des six derniers mois, depuis que les trois jeunes ont été enlevés, de comprendre comment prévenir une nouvelle escalade, » a déclaré Herzog. Il faisait allusion à l’assassinat des trois adolescents israéliens qui a été l’une des causes de la guerre de l’été à Gaza.

La députée travailliste Merav Michaeli, quant à elle, a rendu hommage aux morts et blessés, tout en dénonçant la « gestion » du conflit israélo-palestinien par le gouvernement de Netanyahu.

« Ca me fait mal au coeur aussi parce que c’est le prix de la trajectoire de ce gouvernement. C’est le prix de cette gestion du conflit… » a écrit Michaeli sur sa page Facebook.

« Ce gouvernement n’offre aucun espoir pour vivre ici. Pour vivre ensemble, dans le respect mutuel… c’est difficile à croire après tant d’années avec Netanyahu, mais il y a d’autres chemins. »

Netanyahu a convoqué une réunion d’information téléphonique avec le ministre de la Sécurité intérieure Yitzhak Aharonovitch, le chef de la police Yohanan Danino et le chef du Shin Bet, Yoram Cohen, sur l’attaque terroriste, et a demandé que la sécurité soit accrue dans la capitale.

« C’est ainsi que les partenaires du gouvernement Abbas agissent, le même Abbas qui, il y a quelques jours, a incité à des attaques contre les Juifs à Jérusalem » a-t-il dit dans un communiqué.

Le maire de Jérusalem, Nir Barkat, quant à lui, a appelé à une présence policière renforcée dans les quartiers qui ont connu de violentes émeutes au cours de ces derniers mois, alors que des jets de pierres et des manifestations ont éclaté à travers Jérusalem Est mercredi soir.

Nir Barkat (Crédit: Miriam Alster/Flash90)

Nir Barkat (Crédit: Miriam Alster/Flash90)

« Nous devons rétablir la paix et la sécurité à Jérusalem, » a-t-il dit dans un communiqué. « Comme je l’ai dit depuis des mois, la situation à Jérusalem Est intolérable et nous devons agir sans équivoque contre toute violence qui se déroule dans la ville. Aujourd’hui, plus que jamais, il est clair que nous devons envoyer des forces de police dans les quartiers où il y a des troubles, en les répartissant de manière stratégique et en nombre significatif. »

« Suite à ma demande, le Premier ministre a donné des instructions pour renforcer la présence policière afin de mettre en œuvre un plan d’action opérationnel élaboré pour faire face aux émeutes, y compris l’ajout de personnel et d’unités spéciales, en utilisant des moyens technologiques et en comptant davantage sur le renseignement. »

Le président Reuven Rivlin a déclaré dans un communiqué : « L’assassinat atroce d’un bébé innocent, victime d’un terrorisme aveugle, devrait dégoûter tous ceux qui ont un cœur. »

« L’incitation a augmenté dans les rues arabes et dans les rues de Jérusalem, et reçoit malheureusement le soutien des dirigeants du monde arabe. Ces événements peuvent détruire le délicat équilibre de la vie à Jérusalem, et nous emporter tous dans un tourbillon de destruction et de douleur, » a déclaré Rivlin.

« En tant que peuple souverain dans notre propre pays, et dans notre capitale, seules les forces de sécurité ont la responsabilité d’agir, de manière décisive et sans vergogne, contre l’horreur de ces opérations terroristes. »

Ilan Ben Zion a contribué à cet article.