Le Fatah du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a fait porter vendredi à son rival du groupe islamiste Hamas la responsabilité des attentats ayant visé les maisons de plusieurs dirigeants de son parti dans la bande de Gaza.

« Le Comité central du Fatah condamne les crimes survenus ce matin (vendredi) contre ses cadres et fait porter au Hamas la responsabilité de ces crimes », a indiqué un haut responsable du Fatah, Nasser al-Qidwa, lors d’une conférence de presse à Ramallah, en Cisjordanie.

Hussein al-Cheikh, autre membre de la direction du Fatah, a estimé qu’il n’y avait « pas de doute sur le fait que le Hamas porte la responsabilité de ce qui s’est passé contre les dirigeants du Fatah ».

Le Hamas a rapidement condamné ces attaques survenues avant l’aube. Mais, a estimé Azzam al-Ahmad, dirigeant du Fatah en charge du dossier de la réconciliation avec le Hamas, « cela n’exonère pas le Hamas d'(en) porter l’entière responsabilité ».

« Il y avait depuis hier soir des signes, des déclarations du Hamas contre le Fatah et Mahmoud Abbas, dont la plus marquante a été celle d’un groupe de fonctionnaires militaires du Hamas qui ont annoncé qu’ils feraient échouer les commémorations prévues à l’occasion du dixième anniversaire de la mort du président Yasser Arafat », a-t-il ajouté.

L’une des explosions a visé une estrade montée à l’ouest de Gaza en vue du dixième anniversaire de la mort de Yasser Arafat, principal fondateur du Fatah. C’est la première fois depuis des années que l’anniversaire de la mort d’Arafat sera marqué publiquement dans la bande de Gaza, dont le Hamas a pris le contrôle au prix d’une guerre civile avec le Fatah en 2007.

Le Hamas a théoriquement cédé le pouvoir à Gaza le 2 juin à un gouvernement de personnalités indépendantes né de sa réconciliation avec le Fatah.

« Nous ne lançons pas des accusations en l’air contre le Hamas. Nous avons des informations selon lesquelles la source (des attaques) se trouve au sein des services armés du Hamas, et nous espérons que le Hamas la découvrira », a dit M. Ahmad.