Israël a appelé lundi l’Argentine à poursuivre les efforts pour élucider l’attentat contre la mutuelle juive AMIA à Buenos Aires, malgré la mort du procureur en charge de l’enquête.

« L’Etat d’Israël espère que les autorités argentines poursuivront le travail de (Alberto) Nisman et feront tout leur possible pour que les auteurs des attentats soient traînés en justice », a dit dans un communiqué le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Emmanuel Nahshon.

M. Nahshon a exprimé la « peine profonde » d’Israël devant la mort d’Alberto Nisman, « un juriste courageux, de haute stature, un combattant intrépide de la justice » qui a montré une « grande détermination » pour identifier les auteurs d’attentats contre la communauté juive.

En 1994, deux ans après un attentat contre l’ambassade d’Israël à Buenos Aires, une explosion criminelle avait ravagé le bâtiment de la mutuelle juive AMIA, tuant 85 personnes et faisant 300 blessés, dans le centre de la capitale argentine.

Alberto Nisman, procureur en charge de l’enquête depuis 2004, a été retrouvé mort dans son appartement de Buenos Aires dans la nuit de dimanche à lundi.

Il avait demandé la semaine passée une enquête contre la présidente Cristina Kirchner, qu’il soupçonne d’entraver les investigations au profit de l’Iran. Les raisons de sa mort ne sont pas connues.