Israël a érigé jeudi en martyr le procureur argentin Alberto Nisman, mort avant d’avoir élucidé l’attentat contre l’AMIA (85 morts en 1994), et réitéré ses accusations à l’encontre de l’Iran, soupçonné d’avoir commandité deux attentats antijuifs en 1992 et 1994 à Buenos Aires.

Pour le représentant de l’Etat hébreu présent à l’hommage aux victimes de l’attentat contre l’ambassade d’Israël (29 morts en 1992), il ne fait aucun doute que « les vils terroristes qui ont perpétré cet attentat ont été financés, entraînés par l’Iran (…), avec comme objectif de tuer le plus grand nombre possible de Juifs ».

Le procureur Alberto Nisman, mystérieusement mort le 18 janvier dans son appartement de Buenos Aires, « a démontré que derrière l’attentat de l’AMIA se trouvait l’Iran et son bras exécutant, le Hezbollah », a déclaré Yair Shamir, le ministre israélien de l’Agriculture.

« Malheureusement, a-t-il ajouté, une nouvelle tragédie a frappé Buenos Aires avec la mort de Nisman, que sa mémoire soit bénie, il a payé de sa vie sa tentative d’établir la vérité ».

Le représentant du gouvernement israélien a ensuite regretté que la communauté internationale « cherche à apprivoiser un nid de vipères » alors que « l’Iran continue de semer la terreur ».

L’hommage aux victimes de l’attentat contre l’ambassade israélienne était initialement programmé pour le 17 mars, date du 23e anniversaire du drame, mais il a finalement été décalé à jeudi en raison du déroulement le même jour d’élections législatives en Israël.

Le 17 mars, la présidente argentine Cristina Kirchner a reçu des familles de victimes.

Quelques centaines de personnes se sont réunies à l’angle des rues Arroyo et Suipacha où se trouvait l’ambassade jusqu’au 17 mars 1992, un espace aujourd’hui transformé en jardin public, le bâtiment ayant été détruit par l’explosion.

Le chef du gouvernement argentin Anibal Fernandez a été hué par l’assistance. La veille, il avait durement critiqué M. Nisman, disant qu’il dépensait son salaire en « filles », après la publication dans la presse argentine de photos prises de son téléphone portable, montrant le magistrat entouré au cours d’une fête par trois jeunes femmes, dont une brandissant un vibromasseur.

Alberto Nisman a été retrouvé mort quatre jours après avoir accusé la présidente Kirchner d’avoir suivi une politique complaisante vis-à-vis de l’Iran.

Dans un entretien avec le quotidien La Nacion, le ministre israélien a dit son « admiration » pour le procureur et répété que pour Israël « ceux qui ont réalisé les actes terroristes contre l’AMIA et l’ambassade d’Israël sont les mêmes ».