Les passagers israéliens d’un vol Turkish Airlines en provenance d’Istanbul et à destination d’Inde ont eu quelques frayeurs lundi quand leur avion a dû atterrir en urgence à Téhéran.

Deux heures avant l’atterrissage prévu en Inde, l’un des passagers a fait un malaise. L’équipage a alors annoncé que l’avion ferait demi-tour et se poserait en Iran.

Si certains des Israéliens à bord ont pris peur, l’atterrissage d’urgence s’est passé sans le moindre incident et l’avion a pu redécoller pour l’Inde.

L’un des passagers israéliens, Benny Yekutiel, a confié mardi à la dixième chaîne de télévision qu’il ne s’était pas décontenancé.

« Je crois que cette histoire d’angoisse est exagérée », a déclaré Yekutiel. « Deux heures avant notre atterrissage en Inde, ils ont annoncé que quelqu’un dans l’avion ne se sentait pas bien. Le pilote a fait demi-tour et a atterri [en Iran]. »

Au sujet de l’escale de deux heures en République islamique, Yekutiel a raconté : « Quand nous avons atterri, ça avait l’air d’un coin paumé et les infrastructures m’ont rappelé les années 1960, mais nous n’étions pas stressés. »

Il a ajouté que plusieurs Israéliens se trouvaient dans l’avion, mais que les membres de l’équipage iraniens montés à bord n’avaient pas vérifié les passeports des voyageurs.

« Une fois que nous avons atterri, plusieurs agents d’entretien iraniens et un auxiliaire médical sont montés à bord, ont fait quelques vérifications et ont quitté l’avion. »

Les avions en provenance d’Israël ne volent pas au-dessus de l’Iran.

Toutefois, de nombreux Israéliens qui se rendent en Asie du Sud-Est choisissent de passer par Istanbul, Tachkent ou Amman pour payer moins cher et raccourcir leur itinéraire, ce qui les expose au risque d’atterrir en territoire ennemi.

Toutefois, les autorités locales sont contraintes par la loi de traiter les Israéliens comme s’ils étaient des citoyens du pays du décollage de l’avion.