Un véhicule militaire israélien a été touché par un missile anti-char dans la zone du Har Dov, à la frontière entre Israël, la Syrie et le Liban.

« Selon des informations préliminaires, un véhicule militaire a été touché apparemment par un missile anti-char dans la zone de Har Dov », a indiqué l’armée dans un communiqué sur Twitter sans donner davantage de détails.

Plusieurs soldats israéliens auraient été blessés ce mercredi matin dans la zone de Har Dov, le long de la frontière israélienne avec le Liban.

Selon une source de sécurité, plusieurs personnes ont été blessées dans le tir de missile contre le véhicule militaire, « qui a été accompagné de tirs très nourris à courte portée » contre ses occupants. Les soldats israéliens ont répliqué, touchant des cibles de l’autre côté de la frontière, a précisé cette source.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a averti mercredi que l’armée était prête à agir « avec force » après une attaque contre un véhicule militaire israélien à la frontière avec le Liban, revendiquée par le Hezbollah chiite libanais.

« L’armée est prête à agir avec force sur tous les fronts », a indiqué M. Netanyahu dans un communiqué.

Israël a immédiatement répondu aux attaques par plusieurs tirs d’artillerie dans le sud du Liban, rapportent les médias libanais. Les habitants de la ville israélienne voisine de Metula ont été enjoints de rester confiner dans leurs maisons.

« Tous les habitants sont invités à retourner dans leurs foyers et à fermer portes et fenêtres jusqu’à nouvel ordre », a déclaré dans un communiqué le commandement de la Défense passive de Tsahal.

L’attaque, lancée depuis une zone contrôlée par le Hezbollah, survient après des menaces répétées du groupe terroriste libanais, qui avait déclaré qu’il lancerait des représailles contre Israël en raison de l’attaque aérienne du début janvier qui a éliminé son commandant en chef dans le Golan syrien, ainsi qu’un général iranien et 10 autres militaires.

Au moins deux roquettes tirées depuis le territoire syrien ont atterri dans le Golan mardi. Tsahal a attribué ces attaques au Hezbollah. En réponse, Israël avait bombardé des positions de l’armée syrienne et le ministre de la Défense Moshe Yaalon a mis en garde le Hezbollah et le président syrien Bashar el-Assad.

Le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah a revendiqué mercredi l’attaque contre le convoi militaire israélien dans la zone du Har Dov, qui a fait des victimes israéliennes.

« A 11H25 (09H25 GMT), le groupe des martyrs de Qouneitra de la Résistance islamique a visé avec des roquettes, dans les fermes Chebaa libanaises occupées [Har Dov], un convoi militaire israélien composé de plusieurs véhicules transportant à des officiers et soldats sionistes. Plusieurs véhicules ont été détruits et il y a des victimes dans les rangs de l’ennemi », affirme dans un communiqué le groupe de la ‘Résistance islamique’, l’aile militaire du groupe terroriste du Hezbollah.

« Le régime de Assad est responsable de ces attaques en Israël, et nous ferons payer un lourd tribut pour tout gouvernement ou organisation qui viole nos frontières », a déclaré ce matin Yaalon. « Nous n’avons aucune intention d’ignorer les attaques terroristes commises à l’encontre de nos forces armées et de nos citoyens. »

La région de Har Dov a connu ces dernières années de nombreux incidents transfrontaliers impliquant le Hezbollah.

En octobre, l’organisation terroriste libanaise a revendiqué un attentat à la bombe contre les troupes israéliennes le long de la frontière. L’explosion avait alors blessé deux soldats.

Israël, le Liban et la Syrie ont revendiqué par le passé le contrôle de la région Har Dov, que les Libanais appellent les fermes de Chebaa. Ce territoire de 20 km2 est situé aujourd’hui en territoire israélien.