Le quotidien danois constamment menacé depuis qu’il a publié en 2005 des caricatures de Mahomet était le seul de son pays jeudi à ne pas reproduire de dessin de Charlie Hebdo.

« Je réaffirme mon droit en tant que rédacteur en chef de publier tout type de dessins de nouveau à un certain moment. Mais pas là », s’est justifié le rédacteur en chef du Jyllands-Posten, Jørn Mikkelsen, dans les colonnes de son propre journal.

« Le même débat se poursuit depuis maintenant dix ans, pour ou contre les caricatures, etc. Il faut avancer », a-t-il ajouté.

Ce quotidien d’Aarhus s’était rendu célèbre dans le monde entier en publiant 12 caricatures du prophète de l’islam en septembre 2005, provoquant de violentes manifestations dans plusieurs pays musulmans. Ces dessins avaient été reproduits par Charlie Hebdo quelques mois plus tard en signe de solidarité.

Depuis, la police a déjoué plusieurs projets d’attentats contre le Jyllands-Posten, autour duquel la sécurité a été encore renforcée mercredi, de même que la protection dont bénéficie le rédacteur en chef qui avait décidé la publication des caricatures, Flemming Rose.

Mikkelsen a admis avoir pris en compte la sécurité de ses collègues.

« La vérité c’est que pour nous il serait complètement irresponsable de publier de vieux ou de nouveaux dessins du prophète maintenant », a-t-il expliqué. « Beaucoup ne veulent pas l’admettre. Moi si, quoique à contrecoeur. Le Jyllands-Posten a une responsabilité envers lui-même et ses salariés ».

Les deux grands autres quotidiens généralistes danois, Politiken et Berlingske, ont publié une série de couvertures marquantes de Charlie Hebdo, y compris l’une d’entre elles où Mahomet est poussé en fauteuil roulant par un Juif.

Le tabloïde Ekstra Bladet s’est rebaptisé Charlie Hebdo pour un jour, en hommage au magazine visé par une attaque à Paris mercredi qui a fait 12 morts dont cinq dessinateurs vedettes du journal.