Les autorités israéliennes ont approuvé, mercredi, la construction de 243 nouvelles maisons à Ramot, un quartier juif de Jérusalem-Est.

Les autorités de Jérusalem ont également approuvé des amendements à des projets existants pour 270 unités de logements dans les quartiers de Ramot et de Har Homa.

Dans un communiqué, la municipalité a souligné que ces 270 logements n’étaient pas des nouvelles constructions. Elle a également déclaré que la ville n’avait pas changé sa politique en matière de construction dans la capitale, « et nous continuons à construire dans tous les quartiers de la ville selon les mêmes critères pour les Juifs et les Arabes. Des dizaines de milliers de maisons seront construites pour les résidents juifs et arabes à travers la ville dans les prochaines années ».

Pepe Alalu, conseiller municipal de l’opposition Meretz à Jérusalem, a accusé les autorités locales de profiter du fait que l’attention est concentrée sur les élections israéliennes prévues le 17 mars pour étendre la construction dans les zones contestées. « Ce genre de décisions nous éloigne de toute chance de parvenir à un accord avec les Palestiniens », a-t-il dit.

Israël a approuvé au cours des dernières mois toute une série de plans pour de nouvelles maisons dans des quartiers juifs de Jérusalem situés au-delà des lignes d’avant 1967. L’administration Obama critique régulièrement de tels projets ; de son côté le gouvernement israélien répète qu’il continuera à construire dans toute la ville.

Israël a conquis Jérusalem-Est pendant la guerre des Six Jours (en 1967) et l’a plus tard annexé, une décision non reconnue par la communauté internationale. Il se réfère à toute la ville comme sa « capitale unie et indivisible », et ne considère pas la construction comme un « acte de colonisation ».

Les Palestiniens considèrent le secteur oriental de la ville comme capitale de leur futur État et s’opposent avec véhémence à toute tentative israélienne d’y étendre la construction.

Les tensions entre Israéliens et Palestiniens se sont accrues ces derniers mois avec de fréquents affrontements entre les forces de sécurité et des manifestants qui jetaient des pierres, ainsi qu’une série d’attaques terroristes meurtrières de type « loup solitaire » contre des civils israéliens.

Le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman a affirmé le mois dernier qu’Israël ne considérerait jamais la construction de logements juifs à Jérusalem comme un « acte de colonisation ».