L’Autorité palestinienne a arrêté plus de 100 islamistes dans une mosquée près de Ramallah samedi soir, a révélé un membre du groupe Hizb ut-Tahrir aux médias palestiniens.

Le raid fait partie de ce que les critiques appellent la campagne de harcèlement contre les islamistes menée par les forces de sécurité palestiniennes.

Baher Saleh, un porte-parole de Hizb ut-Tahrir, a indiqué à l’agence de presse palestinienne Safa que les forces de sécurité de l’AP avaient encerclé une mosquée à El-Bireh, dans la banlieue de Ramallah, pendant un cours religieux hebdomadaire.

Des douzaines de membres ont été arrêtés à l’intérieur et l’extérieur de la mosquée.

« Les forces de sécurité ont transformé les alentours de la grande mosquée d’El-Bireh en ce qui ressemble à un campement militaire, » a indiqué Saleh à Safa. « Ils battent les partisans du parti d’une manière barbare, révélant la mentalité sur laquelle l’agence repose. »

Le Parti de Libération, Hizb ut-Tahrir, a été fondé à Jérusalem en 1953. Le parti islamique milite pour l’établissement d’un califat islamique.

Contrairement à d’autres mouvements islamiques palestiniens tels que le Hamas ou le Jihad islamique, Hizb ut-Tahrir condamne les actes de violence et se concentre plutôt sur l’enseignement religieux, ou le dawa.

Saleh indique que la sécurité palestinienne cherchait des membres du parti originaires de Jérusalem, qui ont été arrêtés. Les membres possédant des cartes d’identité palestiniennes ont immédiatement été relâchés.

« Cela augure la récidive des actes honteux de l’AP de l’année dernière, quand des Hiérosolomytains ont été délivrés aux forces de l’occupation, » a-t-il affirmé.

Safa est affiliée avec Hizb ut-Tahrir et les affirmations n’ont pas pu être vérifiées indépendemment.

Les forces de sécurité de l’AP ont refusé tout commentaire à l’équipe du Times of Israel.

Le Hamas et d’autres mouvements islamistes ont longtemps accusé les forces de sécurité de l’AP de harcèlement pour des motifs politiques.

Yaakov Amidror, un ancien conseiller à la sécurité nationale, a salué la semaine dernière la coopération entre les forces de sécurité palestiniennes et israéliennes. Il a cependant souligné que 90 % des arrestations en Cisjordanie sont menées par Israël.

« Les forces de sécurité palestiniennes, formées par [le lieutenant général américain Keith] Dayton, traitent essentiellement des affaires d’ordre général, » a indiqué Amidror jeudi.

« Ils n’ont tué des membres du Hamas que quand ceux-ci menaçaient la stabilité de l’Autorité palestinienne. »