Le ministère israélien des Affaires étrangères a rappelé mercredi aux citoyens de ne pas se rendre en Corée du Nord, après la hausse des tensions dans la région.

L’avertissement a été publié avant le premier voyage organisé israélien dans le pays, qui doit partir mardi prochain.

Le ministère a indiqué que les Israéliens devaient éviter le pays en raison du risque accru de conflit international, parce que le régime est soumis à des sanctions internationales, et parce qu’Israël n’a pas de relations diplomatiques avec ce pays.

« Si un citoyen israélien fait face à une difficulté quelconque pendant une visite là-bas, les représentants israéliens ne pourront pas l’aider ni lui fournir une aide quelconque », a déclaré le ministère dans un communiqué.

Une publicité d’une agence de voyage israélienne pour un voyage de 11 jours en Corée du Nord et en Chine affirme que les touristes se rendront à Pyongyang, dans la zone démilitarisée séparant les Corées du Nord et du Sud, dans des parcs nationaux et dans des réserves naturelles.

Le vice-président américain Mike Pence pendant la Conférence de sécurité de Munich, en Allemagne, le 18 février 2017. (Crédit : Thomas Kienzle/AFP)

Le vice-président américain Mike Pence pendant la Conférence de sécurité de Munich, en Allemagne, le 18 février 2017. (Crédit : Thomas Kienzle/AFP)

Cette semaine, les Etats-Unis ont monté le niveau de leurs déclarations contre le régime avant une parade militaire en Corée du Nord et le lancement d’un missile, qui a été un échec. Le vice-président américain Mike Pence a déclaré que l’époque de « patience stratégique » des Etats-Unis face à Pyongyang était terminée.

Washington veut parvenir à la sécurité « par des moyens paisibles, par des négociations. Mais toutes les options sont sur la table, et nous soutenons le peuple de Corée du Sud », a déclaré Pence depuis le village de Panmunjom, situé à la frontière.

En février, le ministère des Affaires étrangères avait déjà publié un avertissement similaire après l’annonce d’une compagnie israélienne, qui disait qu’elle avait obtenu un accord exclusif pour délivrer des visas touristiques aux Israéliens.

Le ministère a cependant souligné qu’il laissait la décision et toute la responsabilité d’un tel voyage à chacun.

La Corée du Nord a été condamnée tous les ans depuis 2005 par l’Assemblée générale des Nations unies pour ne pas respecter les droits de l’Homme, et ses tests de missiles balistiques ont été fustigés, car ils contreviennent aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies.

La télévision sud-coréenne diffuse une vidéo d'un tir de missile de la Corée du Nord, le 12 février 2017. (Crédit : Jung Yeon-Je/AFP)

La télévision sud-coréenne diffuse une vidéo d’un tir de missile de la Corée du Nord, le 12 février 2017. (Crédit : Jung Yeon-Je/AFP)

Le Corée du Nord a déjà dénoncé Israël comme un « satellite impérialiste », et a reconnu la souveraineté de la Palestine sur tout Israël, à l’exception du plateau du Golan, qui appartient pour le pays à la Syrie.

Quand elle a ouvert ses frontières aux touristes occidentaux en 1986, les Israéliens, les Japonais et les Américains n’ont pas eu le droit d’entrer dans le pays.

En 2010, Avigdor Liberman, qui était alors ministre des Affaires étrangères, avait déclaré que la Corée du Nord appartenait à l’ « axe du mal ».

L’AFP a contribué à cet article.