La Banque mondiale a appelé Israël et les Palestiniens à mettre en place des réformes qui, selon elle, pourraient permettre d’amener la croissance de l’économie palestinienne à 7 % par an.

La croissance annuelle est actuellement estimée à 2 ou 3 %, soit moins que la croissance de la population.

Le Banque a appelé les Palestiniens à renforcer leur gouvernement central et à adopter une série de réformes fiscales, notamment en améliorant le recouvrement des impôts, en augmentant les investissements dans l’infrastructure publique et dans la formation professionnelle, et à réformer les régulations commerciales.

Elle a également recommandé qu’Israël normalise les procédures aux contrôles de frontière, supprime les restrictions sur l’entrée des Palestiniens dans la zone C de la Cisjordanie, sous contrôle israélien depuis la signature des accords d’Oslo en 1993, et lève le blocus de la bande de Gaza.

Ces mesures prises par les deux parties pourraient augmenter l’économie de Cisjordanie de 36 % et celle de la bande de Gaza de 40 % d’ici 2025, a prédit le rapport.

Le siège de la Banque mondiale à Washington, D.C. Illustration. (Crédit : Banque mondiale)

Le siège de la Banque mondiale à Washington, D.C. Illustration. (Crédit : Banque mondiale)

Israël maintient un blocus sur la bande de Gaza depuis dix ans, jugé nécessaire pour empêcher le Hamas et les autres groupes terroristes palestiniens d’obtenir des armes ou du matériel utilisé à des fins militaires. Le Hamas a saisi le contrôle de la bande de Gaza en 2007.

Marina Wes, directrice pays de la Banque mondiale pour la Cisjordanie et la bande de Gaza, a indiqué que « si les parties présentent des engagements sérieux, les perspectives sont prometteuses à moyen terme. »

Le rapport prévient néanmoins que ne pas traiter la situation déclinante de l’emploi des Palestiniens exacerbera le taux de chômage des jeunes, déjà très élevé, qui montera jusqu’à presque 50 % d’ici 2025. Un tel taux de chômage empêche toute possibilité de renforcer la croissance.

« Une population au chômage est une recette pour le mécontentement, la frustration et pire, a dit Wes. Ce n’est dans l’intérêt de personne. »

Le rapport sera présenté le 18 septembre à New York par le comité de liaison ad hoc, une commission politique pour le développement de l’aide au peuple palestinien.