Avi Pazner a connu une carrière diplomatique de haut vol en Israël.

Ambassadeur à Rome et à Paris, il a aussi été porte-parole du gouvernement de Yitzhak Shamir ; mais pas celui de l’actuel Premier ministre Benjamin Netanyahu, contrairement à ce qu’affirme L’Obs.

En France, la brigade financière mène actuellement une enquête sur Areva que Pazner représente en Israël.

En effet, le rôle d’Avi Pazner consistait à tenter de renforcer la coopération avec la Jordanie dans le secteur énergétique pour s’assurer que le surplus de la production électrique revienne à l’État hébreu.

Montant de la commission en cas de succès : un million d’euros.

Néanmoins, le contrat entre Areva et la Jordanie n’a pas été signé, réduisant en conséquence ses indemnités de moitié. Un peu plus d’un demi-million de dollars pour des prestations effectuées entre 2010 et 2013.

L’ancien ambassadeur aurait bénéficié de la prise en charge de tous ses frais de déplacements, en « hôtels quatre étoiles » et « business class » selon le contrat qui lie Pazner à Areva et dont L’Obs s’est procuré une copie.

Mais Avi Pazner dément ces derniers propos et consulte actuellement ses avocats parisiens en vue d’une éventuelle poursuite judiciaire à l’encontre du support de presse Le Nouvel Obs.

Erratum : Le Times of Israël présente ses excuses pour une erreur commise sur le parcours d’Avi Pazner.