Le dirigeant du principal parti politique arabe d’Israël a accusé lundi le gouvernement israélien d’avoir assassiné Yasser Arafat.

Pendant un entretien sur la Deuxième chaîne, le député Ayman Odeh, qui mène la Liste arabe unie au Parlement, a déclaré que les services de renseignement intérieur du Shin Bet avaient assassiné Arafat. Il a déclaré qu’Avi Dichter, qui dirigeait le Shin Bet en 2004 quand Arafat est mort, « a envoyé les personnes » qui l’ont assassiné. Dichter est à présent député du Likud.

Certains dirigeants palestiniens, et la veuve d’Arafat, Suha, ont affirmé depuis la mort du chef de l’OLP [organisation de libération de la Palestine] qu’Israël l’avait assassiné, une accusation qu’Israël a toujours démentie.

Arafat est mort à l’hôpital militaire de Percy, en banlieue parisienne, à 75 ans en novembre 2004, après avoir ressenti des douleurs à l’estomac pendant qu’il était dans ses quartiers généraux de Ramallah, en Cisjordanie.

Les enquêteurs français avaient annoncé en avril dernier qu’ils n’avaient trouvé aucune preuve qu’il avait été empoisonné, et le procureur français avait en conséquence clôturé le cas.

Odeh était interviewé à la suite d’une session orageuse d’une commission de la Knesset sur un projet de loi qui, s’il était voté, donnerait aux députés le droit d’exclure un collègue pour comportement « inapproprié ».

Quatre-vingt-dix des 120 députés devraient soutenir une telle mesure, qui pourrait être prise contre un député qui soutiendrait la lutte armée par un état hostile ou une organisation terroriste contre l’Etat d’Israël. Le projet de loi controversé, qui fait son chemin à la Knesset, a été initié par le Premier ministre Benjamin Netanyahu en plein scandale causé par la rencontre récente de trois députés du parti arabe Balad, l’une des composantes de la Liste arabe unie avec des familles de terroristes tués pendant des attaques ou des tentatives d’attaques contre des Israéliens.

Yasser Arafat, seen here in September, 2003. At the time Arafat was the head of the Palestinian Authority. (photo credit: Flash90)

Yasser Arafat, ici en septembre 2003, quand il dirigeait l’Autorité palestinienne. (Crédit : Flash90)

Interrogé à la télévision sur les affirmations disant que des membres de son parti soutiennent le terrorisme, Odeh a répondu que « les personnes qui ont tué des arabes de leurs propres mains siègent à la Knesset ».

Le député Nissan Slomiansky (HaBayit HaYehudi), qui dirigeait la session de la Knesset de cette journée et était également présent sur le plateau, a amèrement répondu qu’Odeh étiquetait comme meurtriers « des personnes dont le travail est de stopper le terrorisme ».

Le député Likud Avi Dichter, le 25 octobre 2012 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le député Likud Avi Dichter, le 25 octobre 2012 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Absolument, a souligné Odeh. Ce sont les directeurs du Shin Bet qui ont donné les ordres pour assassiner les dirigeants du peuple palestinien. »

Interrogé par le présentateur à la fin de la séquence pour savoir s’il voulait retirer son accusation, Odeh a répété : « Ils ont envoyé les personnes pour assassiner le leadership du peuple palestinien… Prenez Dichter, par exemple. Il a envoyé les personnes qui ont assassiné Arafat et le Sheikh Ahmad Yassin et Abdel Aziz al-Rantisi. » Yassin et Rantisi étaient deux dirigeants du Hamas qui défendaient les attentats suicides, et qu’Israël a tué en 2004 dans deux raids à Gaza distincts mais rapprochés dans le temps.