Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a accepté la demande des Palestiniens d’adhérer à la Cour pénale internationale (CPI), a indiqué mercredi le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric.

Cette décision va permettre à la CPI d’enquêter à partir du 1er avril sur les allégations de crimes qui auraient été commis dans les Territoires palestiniens.

La Ligue arabe doit tenir une réunion le 15 janvier après l’échec de la résolution palestinienne à l’ONU demandant la fin de l’occupation israélienne d’ici à trois ans, a indiqué un responsable mercredi.

Le 30 décembre, le projet de résolution présenté par les Palestiniens n’a recueilli que huit voix sur les quinze membres du Conseil de sécurité alors qu’il en aurait fallu neuf pour être adopté. Le texte réclamait un accord de paix global avec Israël dans un délai de douze mois et le retrait israélien des Territoires occupés avant la fin 2017.

« La réunion passera en revue un certain nombre de questions, la principale étant les développements du dossier palestinien, en particulier après l’échec de la demande à l’ONU », a déclaré à la presse le secrétaire général adjoint de la Ligue arabe, Ahmed Ben Helli.

Elle permettra de discuter « des démarches futures pour soutenir la position palestinienne », a-t-il ajouté.

Avant la réunion des ministres des Affaires étrangères, le président palestinien Mahmoud Abbas assistera à une réunion sur une initiative arabe de paix distincte, a précisé M. Ben Helli.

Après l’échec de leur résolution à l’ONU, les Palestiniens ont présenté une demande d’adhésion à la Cour pénale internationale (CPI) afin de pouvoir demander des comptes aux dirigeants israéliens pour les trois opérations menées à Gaza depuis 2008.

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a accepté cette demande d’adhésion, a annoncé mercredi une porte-parole.

En rétorsion, Israël a gelé dès samedi le versement de 106 millions d’euros de taxes collectées pour le compte de l’Autorité palestinienne.