L’ONU se prépare à enquêter sur le ciblage des écoles de l’UNRWA et le décès de certains de ses salariés à Gaza lors de l’opération Bordure protectrice, a déclaré le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, dans une interview publiée mercredi.

L’enquête sera distincte de celle de la commission du Conseil des droits de l’Homme à la recherche d’éventuels « crimes de guerre » commis par Israël, a-t-il déclaré au quotidien arabe Al-Hayat, ajoutant qu’il est également nécessaire de mener l’enquête sur les armes stockées dans les installations de l’UNRWA à Gaza au cours du conflit.

Israël a été blâmé pour plusieurs attaques contre des écoles de l’UNRWA qui ont servi de refuges pendant les sept semaines de conflit avec le Hamas dans la bande de Gaza.

Le 30 juillet, les bombardements sur les écoles de l’ONU avaient tué au moins 15 personnes et en avaient blessé 90. Israël a admis plus tard que Tsahal avait répondu à des tirs venant de la même zone.

Dans un incident similaire, une semaine auparavant, 16 personnes sont mortes lorsque des obus ont frappé une école de l’UNRWA. L’ONU et le Hamas ont condamné Israël, mais après enquête, l’armée israélienne a déclaré que, bien que l’un de ses obus ait frappé l’école, il n’avait pas fait de victimes.

L’UNRWA a admis que des armes étaient stockées dans leurs propres installations – elles ont été trouvées à trois reprises au cours du conflit – mais n’a pas précisé si une enquête serait lancée.

Le porte-parole de l’UNRWA, Chris Gunness a fait savoir que puisque les écoles étaient fermées pour les vacances d’été et n’étaient pas censées être utilisées, il n’y avait pas de personnel présent pour surveiller ce qui se passait sur ​​les sites.

Israël a demandé à l’ONU d’enquêter sur la question.