Le chef de l’opposition Isaac Herzog a exhorté dimanche l’ancien Premier ministre Ehud Barak à rejoindre le Parti travailliste, alors que l’ancien politicien a déclaré ne pas prévoir un retour politique pour l’instant.

Assis aux côtés de l’ancien ministre de la Défense pendant un évènement de son parti à Tel Aviv, Herzog a également annoncé que le général de brigade (de réserve) Dani Arditi, ancien président du Conseil de sécurité nationale et ancien responsable du bureau du contreterrorisme de trois Premiers ministres, rejoignait le Parti travailliste.

« Je suis très heureux que toi, Ehud, tu reviennes à la vie publique, et je t’appelle à rejoindre le Parti travailliste », a déclaré Herzog, tout en soulignant que l’Union sioniste comptait à présent 24 sièges à la Knesset, plus que pendant la direction de Barak.

Ces derniers mois, des rumeurs affirmaient que Barak songeait à revenir en politique, et l’évènement de lundi avait entraîné des attentes d’une annonce imminente de son retour dans la vie politique israélienne.

L’année dernière, le politicien de 74 ans a ouvert un compte Twitter et a utilisé les réseaux sociaux et la télévision israélienne pour critiquer fréquemment et sévèrement le Premier ministre Benjamin Netanyahu, son ancien chef, et la coalition gouvernementale.

L'ancien Premier ministre et ministre de la Défense Ehud Barak à la Conférence de Herzliya, le 16 juin 2016. (Crédit : Adi Cohen Zedek)

L’ancien Premier ministre et ministre de la Défense Ehud Barak à la Conférence de Herzliya, le 16 juin 2016. (Crédit : Adi Cohen Zedek)

Barak a cependant annoncé lundi qu’il ne prévoyait pas, pour l’instant, de revenir à la vie politique ou de défier Netanyahu, malgré les appels de Herzog, selon les médias israéliens.

L’ancien chef du parti travailliste, qui avait quitté le parti de centre gauche en 2011 et créé un autre parti, le Parti de l’Indépendance, qui était resté dans la coalition de Netanyahu, a également été chahuté dimanche par certains participants.

« Ehud, j’aime beaucoup tes tweets, et je suis certain qu’ils font écho chez la population et à Balfour [la rue Balfour de Jérusalem, où se trouve la résidence du Premier ministre]. Mais les personnes présentes ici attendent que tu descendes de ton piédestal et rejoigne [le parti]. Les tweets et Twitter ne suffisent pas », a déclaré Herzog.

Dans son discours, Herzog a déclaré qu’il n’excluait aucune alliance politique, au sein de la Knesset ou en dehors, et qu’il était prêt à travailler avec quiconque cherchait à améliorer le futur d’Israël.

« Mon opinion dit que tu ne dois pas craindre l’arrivée ou le retour des bonnes forces en politique et dans le parti. Le contraire est vrai. Plus il y aura de personnes qui viendront, mieux ce sera », a déclaré Herzog.

Herzog a également annoncé qu’Arditi, qui a travaillé pour Netanyahu, rejoignait le parti.

Le mois dernier, l’ancien ministre de Koulanou Avi Gabbay, qui a quitté le gouvernement en mai, a rejoint le Parti travailliste. Gabbay, qui a sévèrement critiqué Netanyahu, devrait défier Herzog à la direction du parti dans les prochaines primaires, qui auront lieu cet été.