Le maire de Jérusalem, Nir Barkat, défend vigoureusement jeudi l’annonce du projet de construction de nouvelles maisons dans les quartiers du sud-est de la ville, quelques heures après que les Américains aient accueilli la nouvelle avec de vives critiques, ce qui est inhabituel de leur part. Ils affirment que cette décision pourrait être « toxique » pour les relations internationales d’Israël.

« Je le dis fermement et clairement : construire à Jérusalem n’est pas toxique ou dangereux – c’est plutôt quelque chose d’essentiel et d’important et cela continuera à plein régime », a déclaré Barkat dans un communiqué de presse. « Je ne gèlerai les travaux de constructions dans la capitale israélienne pour personne ».

« La discrimination fondée sur la religion, la race ou le sexe est illégale aux Etats-Unis et dans les autres pays civilisés », continue Barkat.

« La construction des 2 600 appartements à Givat Hamatos, qui a été approuvée il y a deux ans, permettra aux jeunes personnes issues de toutes les communautés et de toutes les religions de vivre à Jérusalem et de construire leur futur ici. Nous ne nous excuserons pas pour cela ».