JTA — Cela fait presque 50 ans qu’Israël a capturé l’est de Jérusalem, dont la Vieille Ville, à la Jordanie lors de la Guerre des Six Jours de 1967. Nir Barkat est le maire de la ville depuis maintenant huit ans.

Dans la soirée de dimanche, six mois avant le Jubilé de “Jérusalem unie », Barkat a reçu un doctorat honoraire de la part de la Yeshiva University au Waldorf Astoria à New York, où il a donné une allocution essentielle.

Partisan ardent du maintien du contrôle israélien sur toute la ville de Jérusalem, il a remercié le président élu Donald Trump pour son “engagement à renforcer notre ville en y relocalisant l’ambassade américaine, – à Jérusalem, capitale unie et éternelle du peuple juif et de l’état d’Israël ».

A la fin du mois dernier, Barkat a rencontré JTA dans son bureau de Jérusalem pour évoquer en profondeur ses visées pour la ville. Ayant fait fortune en tant qu’entrepreneur dans le secteur de la haute-technologie, il tombe facilement dans le jargon utilisé par l’industrie, en évoquant la nécessité d’augmenter la « part de marché de Jérusalem » dans les coeurs des Juifs de la Diaspora. Il a également déclaré que tous les habitants de la ville étaient « ses enfants ».

Barkat a affirmé qu’il considère Jérusalem comme une partie intégrante d’Israël et que cette question ne devrait pas entrer dans le cadre des négociations avec les Palestiniens, et a exprimé sa confiance dans le fait que Trump – dont le gendre juif, Jared Kushner, est un ami – partage sa vision.

Le Maire de Jérusalem Nir Barkat donne un discours essentiel après avoir reçu un diplôme honoraire de la part de la Yeshiva University à l'hôtel Waldorf Astoria de New York le 11 décembre 2016. (Crédit : Ville de Jérusalem)

Le Maire de Jérusalem Nir Barkat donne un discours essentiel après avoir reçu un diplôme honoraire de la part de la Yeshiva University à l’hôtel Waldorf Astoria de New York le 11 décembre 2016. (Crédit : Ville de Jérusalem)

L’interview a été retranscrite pour plus de clarté.

JTA : Que signifie pour vous la remise de ce diplôme honoraire ?

Nir Barkat : Pour moi, c’est la reconnaissance des changements survenus dans la ville de Jérusalem. Ce titre honoraire, je l’ai reçu au nom des habitants de Jérusalem. Je me sens très fier qu’en effet, Jérusalem se dirige dans la bonne direction mais il y a encore beaucoup de travail à réaliser.

En amont de son jubilé, l’an prochain, je pense que cela accentue le fait que nous devons tout faire pour améliorer la ville année après année.

Quels sont les changements positifs que vous voyez à Jérusalem ?

Jérusalem connaît une croissance économique, une rapide croissance économique et aussi une renaissance au niveau culturel. De manière pratique, par rapport à chaque paramètre que nous observons ou presque, cette ville fait des progrès comparativement aux années d’avant et comparativement aux autres villes du même acabit.

Je pense que Jérusalem remplit un rôle très important dans le monde sur la manière dont vous pouvez faire en sorte de faire travailler tant de gens différents dans une ville, dans une économie inclusive, avec des valeurs démocratiques.

Jérusalem doit aussi affronter des problèmes. Le terrorisme palestinien a resurgi au début de l’année, et elle est encore la ville la plus pauvre d’Israël. Comment gérez-vous ce type de problèmes au niveau municipal ?

En ce qui concerne le cycle de violence que nous avons connu, vous devez comprendre qu’aujourd’hui, Jérusalem est 10 fois plus sûre que ne l’est New York. Lorsque vous regardez, par exemple, le taux de meurtres pour crimes et pour terrorisme, votre risque de mourir dans les rues de New York est dix fois plus élevé que dans la ville de Jérusalem.

J’en déduis que pour être l’une des villes les plus sûres au monde, se concentrer sur la croissance économique et l’amélioration du fonctionnement de la ville sont plus efficaces.

Nous avons beaucoup de gens pauvres ici mais cette ville, année après année, s’efforce de devenir un endroit meilleur où vivre. Et plus nous développerons notre économie et notre système éducatif et ses infrastructures, plus cela viendra se refléter tout naturellement pour préparer un meilleur avenir.

En tant que Maire de Jérusalem, pourquoi est-il important pour vous d’aller vers la Diaspora ?

Depuis des milliers d’années, à chaque Pessah [Pâque], à chaque mariage et pratiquement à chaque occasion majeure, l’envie du retour, de construire et de se lier à Jérusalem est dans nos prières. Elle est dans nos cœurs. Chacun est actionnaire de la ville de Jérusalem.

C’est la capitale éternelle du peuple juif et je pense que le développement de cette relation, l’augmentation de cette part de marché dans les coeurs, est un bénéfice à la fois pour la ville et pour les Juifs partout où ils se trouvent dans le monde. Et mon rôle en tant que maire est d’étendre cette relation et ce lien.

Pourquoi Israël doit garder le contrôle de tout Jérusalem lorsque les Palestiniens revendiquent ses quartiers Est pour en faire leur capitale ?

Il y a une phrase célèbre dans la Bible, que Jérusalem crée l’amitié entre tous les peuples. Jérusalem a et aura toujours un rôle spécial d’inclusion de tous. Dieu nous en préserve mais si on divise Jérusalem, cela ne fonctionnera jamais. C’est une économie. C’est une vision. Cela ne fonctionnera jamais en tant que ville divisée, comme cela n’a jamais fonctionné pendant 2000 ans.

Depuis la réunification de la ville de Jérusalem, nous travaillons dur pour rattraper les négligences et les investissements. Il y a encore beaucoup à faire, mais il n’y a qu’une seule philosophie possible.

Et au fait, il n’y a pas de ville divisée dans le monde qui ait un jour fonctionné.

Alors Jérusalem n’est pas, ne sera pas sur la table des négociations et notre objectif est de l’améliorer pour tous les habitants de la ville – musulmans, chrétiens et juifs. Ce sont tous mes enfants. J’ai besoin de prendre soin d’eux, et je prends soin d’eux afin d’améliorer la qualité de vie de tous.

Pensez-vous que le président élu Donald Trump partage votre point de vue sur Jérusalem ?

Il semble que la vision et la compréhension de l’administration Trump est plus alignée avec la compréhension que j’ai des choses ou celle du Premier ministre Benjamin Netanyahu. Les déclarations qui ont été faites soutiennent ce sentiment qu’effectivement, ce sera différent.

La précédente administration pensait différemment en ce qui concerne l’avenir de la ville de Jérusalem et d’autres éléments et avec un peu de chance, ce changement va avoir lieu. J’ai de bonnes raisons de penser que cela va être le cas.

Aimeriez-vous que Trump relocalise l’ambassade américaine à Jérusalem comme il l’a promis pendant sa campagne ?

Non seulement moi, non seulement les Israéliens, je pense également que la majorité des Américains voudraient voir ce déplacement de l’ambassade.

Le candidat républicain à la présidentielle américaine Donald Trump à son arrivée sur la scène de la conférence politique annuelle de l'AIPAC au centre Verizon de Washington, le 21 mars 2016. (Crédit : AFP/Saul Loeb)

Le candidat républicain à la présidentielle américaine Donald Trump à son arrivée sur la scène de la conférence politique annuelle de l’AIPAC au centre Verizon de Washington, le 21 mars 2016. (Crédit : AFP/Saul Loeb)

C’est une déclaration qui atteste de la compréhension du rôle et de l’importance de Jérusalem pour le peuple juif. Cela a été décevant de constater que cela n’a pas encore été réalisé, mais mieux vaut tard que jamais.

Pensez-vous que vous aurez plus de liberté pour construire votre vision d’une ville de Jérusalem unie avec Trump à la Maison Blanche ?

Avec l’administration précédente, même de temps en temps, on entendait ce type de déclaration : Gelez les constructions à Jérusalem. Alors je demandais à l’administration : Mais geler quoi exactement ? Tout geler ? Ou, Dieu nous en préserve, voulez-vous dire que j’ai le droit de demander à quelqu’un s’il est Juif ou Chrétien avant que moi, en tant que maire de Jérusalem, je puisse lui donner un permis de construire ? Cela va à l’encontre de la Constitution américaine.

Lorsque nous planifions ce que sera Jérusalem, lorsque nous développons la ville, notre plan que nous partageons avec tous montre et démontre que nous sommes plutôt honnêtes, équitables et que nous autorisons toute croissance – musulmane, chrétienne ou juive dans la ville de Jérusalem – sur une base d’égalité.

Je crois et j’espère que la nouvelle administration comprendra cela très, très bien et qu’elle nous laissera construire Jérusalem au profit de tous ses habitants.