BBC : ne qualifiez pas les tueurs de Charlie Hebdo de terroristes
Rechercher

BBC : ne qualifiez pas les tueurs de Charlie Hebdo de terroristes

Pour le chef de la section arabe de la chaîne, le terme est "chargé"

Cherif and Said Kouachi, deux des trois suspects dans l'attaque terroriste de Charlie Hebdo qui a fait 12 morts (Capture d'écran/Police française)
Cherif and Said Kouachi, deux des trois suspects dans l'attaque terroriste de Charlie Hebdo qui a fait 12 morts (Capture d'écran/Police française)

Un haut responsable de la BBC a déclaré que la chaîne d’information évite d’utiliser le mot « terroriste » pour décrire les islamistes qui ont attaqué les employés de Charlie Hebdo.

Tarik Kafala, le chef du service arabe de la BBC, a déclaré au journal britannique Sunday que le terme était trop « chargé » pour décrire les responsables de l’attaque qui a tué 12 personnes au quartier général de magazine satirique.

« Nous essayons d’éviter de décrire quiconque comme un terroriste ou un acte comme étant du terrorisme », a déclaré Kafala au journal britannique Independent. « Ce que nous essayons de faire, c’est de dire que ‘deux hommes ont tué 12 personnes dans une attaque contre le bureau du magazine satirique’. C’est suffisant, nous savons ce que cela veut dire et ce que c’est. »

« Terrorisme est un mot si chargé », a déclaré Kafala en soulignant que les Nations unies ne sont pas parvenues, en plus d’une décennie, à définir ce terme.

« Nous savons ce que la violence politique est, ce que le meurtre est, ce que les bombardements et les fusillades sont et nous les décrivons. Cela en dit beaucoup plus long. Nous pensons, que le fait d’employer un mot comme ‘terroriste’, les gens verront ça comme chargé de valeur », a-t-il continué.

L’approche nuancée de Kafala est en accord avec les directives de la BBC sur le journalisme et le terrorisme. Même si le mot n’est pas interdit, le média basé en Grande-Bretagne demande qu’une « attitude prudente » soit appliquée dans son utilisation, a noté le journal.

« Les jugements de valeur fréquemment implicites dans l’utilisation de mots comme ‘terroriste’ ou ‘groupe terroriste’ peuvent créer des incohérences dans leur usage, ou faire surgir des doutes sur notre impartialité auprès de notre public. Il est peut-être mieux de parler d’un acte apparent de terreur ou de terrorisme plutôt que d’étiqueter des individus ou un groupe. »

Les directives recommandent que les journalistes utilisent des descriptions spécifiques lorsqu’ils décrivent un assaillant, comme ‘agresseur’, ‘tireur’ ou ‘militant’.

La BBC arabe diffuse des informations à la télévision, à la radio et en ligne 24h/24 dans tout le Moyen-Orient pour atteindre 36 millions de personnes par semaine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...