Le bourgmestre d’Etterbeek, commune centrale de Bruxelles, souhaite empêcher la tenue d’un événement qualifié par les organisations juives de « réunion au sommet des antisémites ».

Vincent De Wolf, détenteur du pouvoir exécutif dans la commune bruxelloise d’Etterbeek – l’équivalent en France du titre de maire – s’est adressé mercredi matin au gouverneur de Bruxelles.

Il a réclamé un arrêté d’interdiction d’une manifestation antisémite couvrant l’ensemble du territoire de la région, à savoir les 19 communes de Bruxelles, rapporte le site d’information www.deredactie.bel rapporté mercredi.

Le colloque est initié par Laurent Louis, un député belge qui a régulièrement défrayé la chronique pour ses déclarations antisémites, antisionistes et conspirationnistes. En 2013, il déclare qu’« il est temps que les sionistes cessent de profiter de la Shoah pour faire passer leurs idées. La position d’éternelle victime n’est plus acceptable aujourd’hui et elle l’est encore moins quand on voit la politique que mène le gouvernement israélien. Les Palestiniens sont aujourd’hui les Juifs de 1940 et le gouvernement de Benyamin Netanyahou n’a rien à envier à l’Allemagne nazie ».

L’année dernière, il a posé pour des photos à l’extérieur du parlement en écrasant un drapeau israélien.

L’évènement est présenté comme le « Congrès européen de la dissidence ».

Parmi les invités, l’humoriste antisémite français Dieudonné M’bala M’bala condamné à sept reprises par la justice française pour incitation à la haine raciale à l’encontre des Juifs.

L’actuel Premier ministre Manuel Valls a qualifié le triste sire
d’« antisémite professionnel »

Egalement attendus, Alain Soral, auteur de plusieurs livres antisémites, ainsi que plusieurs proches collaborateurs de Dieudonné.

La Ligue belge contre l’antisémitisme a averti les bourgmestres des 19 communes de la tenue de ce colloque, qualifié de « réunion au sommet des antisémites », et les exhorté à interdire l’évènement.

« Je ne peux envisager que, dans ma ville, ait lieu le premier congrès antisémite depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale », a souligné le président, Joël Rubinfeld.