Le président de HaBayit HaYehudi Naftali Bennett a balaye dimanche les railleries à son encontre du Premier ministre Benjamin Netanyahu dans le cadre de la campagne électorale. Il accuse le PM dauvaise gestion de la guerre contre le Hamas à Gaza pendant l’été.

Bennett réagissait à une vidéo virale diffusée par le Likud montrant Netanyahu dans le rôle d’un professeur de maternelle, et les politiciens de son cabinet sortant, dont certains qui visent aujourd’hui à le renverser, comme des enfants indisciplinés.

« Nous ne parviendrons pas à faire quoi que ce soit si vous continuez à vous battre, » dit Netanyahu aux enfants politiciens dans la vidéo. Un enfant jouant Bennett apparaît dans le clip, avec les autres rivaux de Netanyahu, manifestement en violation d’un présumé accord entre le Likud et HaBayit HaYehudi, les deux plus grands partis de droite, d’éviter des campagnes négatives.

Dans une interview avec la radio militaire, Bennett prône que malgré les moqueries de Netanyahu, lui ne « tirerait pas à l’intérieur du tank, » un idiome hébreu parfois utilisé par cet un ancien officier de Tsahal, pour imager son principe consistant à éviter les luttes intestines et une campagne négative entre les partis de droite.

Pourtant, Bennett poursuit sa critique féroce du Premier ministre, fustigeant sa gestion de la guerre à Gaza.

« Au moins, cet enfant ne permettra pas que des roquettes tombent près de l’aéroport, » dit-il, faisant allusion aux tirs de roquettes de Gaza qui ont incité plusieurs compagnies aériennes internationales à annuler des vols vers Israël – un scénario cauchemardesque souvent cité par des politiciens de droite comme un argument contre un Etat palestinien.

Bennett s’attribue la décision au cours de la guerre de détruire le vaste réseau de tunnels du Hamas, dont certains étaient utilisés pour lancer des attaques contre les soldats de Tsahal en territoire israélien.

Il affirme avoir encouragé cette mesure avant même le début de la guerre et selon lui, Bordure protectrice n’a tourné en faveur d’Israël que quand son plan a été adopté par Netanyahu trois semaines plus tard.

« Tout le monde sait maintenant qui a rédigé le plan de destruction des tunnels le 30 juin [plus d’une semaine avant la guerre], et qui a bloqué ce plan pendant trois semaines, jusqu’à ce que finalement [le cabinet] l’ait adopté en retard, et ait payé un lourd tribut à Gaza et à l’étranger », dit-il, insinuant que Netanyahu était partiellement responsable des victimes israéliennes à Gaza et du tollé international sur le nombre de morts parmi les Palestiniens.

Dans l’interview, Bennett réagit au récent appel palestinien de poursuivre Israël pour des crimes de guerre présumés devant la Cour pénale internationale, avertissant qu’Israël a préparé une « longue liste » de crimes de guerre commis par les Palestiniens.

« Il est temps de se battre, » dit-il. « Si les Palestiniens se rendent à La Haye, nous avons une longue liste de crimes de guerre commis par eux. [Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas] finance des terroristes au moment même où nous parlons. Leurs mains sont souillées de sang ».

Les procureurs de La Haye ont annoncé vendredi qu’un examen préliminaire sonderait « en toute indépendance et impartialité » les crimes présumés commis depuis le 13 juin dernier, date du début des tensions entre les deux parties ayant abouti à l’opération Bordure protectrice, qui a entraîné la mort d’environ 2 200 Palestiniens, selon les chiffres du Hamas, et de 72 personnes du côté israélien.