Le ministre de l’Économie, Naftali Bennett, a pris à partie lundi les ambassadeurs et les envoyés de l’Union européenne, accusant leurs pays d’utiliser la pression économique pour pousser Israël « à se suicider » au lieu de soutenir le pays dans sa lutte contre une « rivière de terreur ».

Bennett s’est adressé aux diplomates, représentant 26 des 28 pays de l’Union européenne, lors d’une réunion à huis clos à l’Hôtel King David de Jérusalem. Un enregistrement audio de certains de ses propos a été divulgué à la radio de l’armée et publié mardi.

« Isoler Israël, lui forcer la main sur le plan économique, dans l’espoir que nous allons nous suicider parce que nous serions frappés financièrement si nous ne le faisons pas, est de mon point de vue immoral », a déclaré Bennett.

« Au lieu de comprendre que nous sommes le grand barrage contre ce grand fleuve de la terreur. »

Parmi les présents on notait les ambassadeurs de Grande-Bretagne, de la Suède et de la Belgique, ainsi que des représentants de l’ambassade de France.

Bennett dirige le parti de droite HaBayit HaYehudi, qui préconise fortement le développement continu des implantations israéliennes en Cisjordanie et l’annexion d’une partie du territoire revendiqué par les Palestiniens pour un futur Etat.

Il a fait appel contre les politiques de l’UE qui visent à limiter et entraver le commerce avec les entreprises et les instituts basés dans les implantations.

L’UE a établi des lignes directrices contre le financement des instituts scientifiques et de recherche qui ont des liens dans les implantations et envisage l’étiquetage des produits qui y sont fabriqués.

Bennett a suggéré qu’au lieu de sanctionner Israël, l’Europe devrait soutenir l’Etat juif dans sa lutte contre le terrorisme.

« Aidez-nous, soutenez-nous », a-t-il demandé.

Selon l’article, le bureau de Bennett a refusé de commenter son intervention devant les diplomates en expliquant que « ce qui a été dit à huis clos doit le rester ».