Le chef du parti Habayit Hayehudi Naftali Bennett a défendu samedi la conduite des policiers dans la fusillade d’un Arabe de Kafr Kanna vendredi soir, affirmant que les policiers ont agi de manière appropriée.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, pour sa part, a promis de révoquer la citoyenneté de ceux qui appellent à la destruction d’Israël – probablement en réaction aux dénonciations d’Israël et au soutien pour la « Palestine » parmi les manifestants arabes israéliens samedi.

Bennett a répondu à la critique de la police émise par des dirigeants arabes israéliens après l’incident de vendredi soir où Kheir Hamdan, 22 ans, qui aurait tenté de poignarder des officiers dépêchés pour l’arrêter dans la ville de Galilée, a été abattu.

Bennett a fait ces déclarations alors que des milliers de gens assistaient à l’enterrement de Hamdan à Kafr Kanna, et des centaines de membres du Mouvement islamique se sont réunis à Haïfa, appelant à une troisième Intifada.

« Un terroriste arabe forcené a attaqué les policiers au couteau dans une tentative de les tuer. La réaction de nos services de police correspond à ce que l’on attend de nos forces de sécurité », a déclaré le ministre de l’Economie.

« Il est possible et nécessaire d’enquêter. Toujours. Mais ce n’est pas un ‘assassinat de sang-froid’ », a-t-il déclaré selon Ynet, en référence aux propos du maire de Kafr Kanna sur la mort de Hamdan. « Nous ne devons certainement pas abandonner nos forces de sécurité, envoyées pour nous protéger. »

Bennett est allé jusqu’à établir une corrélation entre Hamdan et les auteurs des attentats de ces dernières semaines contre des civils israéliens et des officiers de la sécurité à Jérusalem.

« Si nous n’apportons pas notre soutien, nous verrons de plus en plus d’Israéliens assassinés avec des couteaux, des fusibles et écrasés par des voitures, » a-t-il affirmé, se référant à l’utilisation de pétards par des manifestants palestiniens contre la police de Jérusalem, et aux récents attentats à Jérusalem dans lesquels des Palestiniens ont foncé sur des piétons.

Quatre personnes ont été tuées dans deux attentats à la voiture à Jérusalem au cours des dernières semaines, et de nombreuses autres ont été blessées.

Netanyahu a répondu aux émeutes à Kafr Kanna après la mort de Hamdan, assurant que ceux qui ne respectent pas la loi seront punis avec « la plus grande sévérité ».

« Israël est une nation de droit. Nous ne tolérerons pas de troubles et d’émeutes », a déclaré le Premier ministre dans un communiqué. «Nous agirons contre ceux qui jettent des pierres, bloquent les routes et appellent à la création d’un Etat palestinien à la place de l’Etat d’Israël. Quiconque ne respecte pas la loi israélienne sera puni avec la plus grande sévérité. Je demanderai au ministre de l’Intérieur d’évaluer la révocation de la citoyenneté de ceux qui appellent à la destruction de l’Etat d’Israël. »

Des politiciens de gauche, cependant, blâment le ministre de la Sécurité publique Yitzhak Aharonovitch. La présidente du Meretz, Zehava Gal-On, affirme que les policiers impliqués dans la fusillade devraient faire l’objet d’une enquête, ainsi qu’Aharonovitch, « qui la semaine dernière a déclaré qu’ ‘un terroriste qui nuit à des civils doit être condamné à mort’, de même que la personne qui a donné le sceau d’approbation pour tuer, un ordre manifestement illégal ».

« Les normes de l’occupation et les éliminations de la police, qui se sont infiltrés depuis les Territoires vers Jérusalem, menacent les citoyens arabes d’Israël », a déclaré Gal-On.

Le député Meretz Issawi Freij a déclaré que les actions de la police à Kafr Kanna ont été menées dans l’esprit d’Aharonovitch, « qui a exigé que la police tue quiconque ‘porte préjudice’ aux citoyens israéliens. Il est autant responsable de la mort à Kafr Kanna, que le policier qui a appuyé sur la gâchette ».

Samedi, le ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman, d’autre part, a exprimé son soutien aux remarques d’Aharonovitch, disant que « tous les terroristes qui portent atteinte à des civils doivent être condamnés à mort, et [je] soutiens la police israélienne dans cet esprit de tolérance zéro pour le terrorisme. »

« Des incidents comme ceux qui ont eu lieu ces derniers jours et hier, » a-t-il affirmé, se référant à la fusillade de Hamdan, « sont de graves événements, [et] nous devons les traiter en conséquence – avec détermination et efficacité. »

Le député du parti Kadima et vice-président de la Knesset Nahman Shai a écrit sur Facebook que l’incident à Kafr Kanna « est une nouvelle étape dans la dégradation de la situation sécuritaire ».

« Nous sommes devant un test d’envergure dans les relations judéo-arabes. Le conflit peut s’élargir à une portée inédite depuis de nombreuses années », a écrit Shai.

« Nous ne devons pas nous contenter d’une enquête interne de la police et devons nommer un organisme d’enquête externe, transparent et ouvert, pour examiner l’incident d’urgence. Le temps est un facteur important, avant que le feu ne se propage. La Knesset doit débattre de la question de toute urgence ».

La police affirme que Hamdan a essayé de poignarder un officier lors d’une tentative d’arrestation d’un membre de sa famille vendredi soir dans son village, près de Nazareth.

Les responsables ont déclaré que des policiers sont arrivés pour arrêter cet individu soupçonné d’avoir lancé une grenade incapacitante. Quand Hamdan a essayé de poignarder un des officiers, la police a tiré et l’a grièvement blessé, selon eux.

La police a ajouté qu’ils ont mis en garde l’homme en tirant en l’air, et quand il ne s’est pas arrêté, ils lui ont tiré dans la poitrine.

Une courte vidéo de surveillance de l’incident, mise en ligne samedi sur le site de presse israélo-arabe Panet, a montré une séquence différente des événements.

Dans cette vidéo, l’on voit Hamdan attaquer un fourgon de police, taper sur les fenêtres. Un officier sort, Hamdan fait marche arrière et l’officier lui tire dessus. Hamdan se tord sur le sol, avant que la police ne l’embarque dans le véhicule.

Il a été emmené à l’hôpital où il a succombé à ses blessures.

Après la publication de la vidéo, a indiqué la police, une enquête a été lancée. Le district impliqué a affirmé qu’il coopérerait pleinement. Le chef de la police Yohanan Danino a convoqué une réunion d’urgence pour éclaircir la situation.