Bennett et Deri veulent en finir avec la discrimination contre les séfarades
Rechercher

Bennett et Deri veulent en finir avec la discrimination contre les séfarades

Les écoles ultra-orthodoxes devront à présent expliquer pourquoi elles ont rejeté l’inscription d’un élève et une commission d’appels sera mise en place

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Le ministre de l'Intérieur Aryeh Deri, à gauche, et le ministre de l'Éducation Naftali Bennett à la Knesset, le 31 octobre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de l'Intérieur Aryeh Deri, à gauche, et le ministre de l'Éducation Naftali Bennett à la Knesset, le 31 octobre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre de l’Intérieur, Aryeh Deri, et le ministre de l’Education, Naftali Bennett, ont annoncé lundi de nouvelles directives pour mettre fin aux discriminations contre les fillettes séfarades ultra-orthodoxes.

Beaucoup d’entre elles sont rejetées par les institutions haredi, principalement ashkénazes, en raison de leur origine ethnique.

Pendant la réunion hebdomadaire du groupe parlementaire à la Knesset, Deri, le président du parti, a déclaré que sa proposition initiale d’obliger une inscription régionale de tous les étudiants avait été rejetée en raison de querelles internes à la coalition. Mais il a cependant salué le compromis, déclarant que « pour nous, le parti Shas, aujourd’hui est un jour saint ».

Bennett a déclaré que les nouvelles directives forceraient les écoles ultra-orthodoxes à commencer le processus d’inscription plus tôt dans l’année. Il a également promis de la « transparence », affirmant que les écoles seraient obligées d’expliquer pourquoi elles rejetaient chaque élève, et qu’une commission d’appels serait mise en place au ministère pour superviser les plaintes des parents.

« Il n’y a plus de ‘parce que’ », a-t-il déclaré des écoles, qui devront fournir une explication complète pour chaque dossier.

« Aucune fillette ne sera discriminée en raison de son ethnicité, point final », a déclaré Bennett.

Le ministre de l’Education a déclaré que les nouvelles directives entraient en œuvre immédiatement.

« C’est un problème qui n’aurait pas dû exister dans l’Etat d’Israël », a déclaré Bennett.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...