Le chef du parti HaBayit HaYehudi, Naftali Bennett, a menacé dimanche de poursuivre un journaliste qui a diffusé un discours tenu le même jour et l’a accusé de racisme sur le réseau Twitter.

Bennett s’est exprimé à l’Université de Tel-Aviv dimanche et a dénoncé ce qu’il décrivait comme le crime galopant et non contrôlé dans les zones arabes du pays.

« N’importe qui ayant voyagé dans le Negev au cours des récentes années sait que l’on ne peut pas y laisser sa voiture… parce qu’elle sera forcée et volée », a-t-il déclaré.

Il a critiqué la police israélienne pour le crime en augmentation à Jérusalem-Est et dans les villages de Galilée, expliquant que « chaque village et ville arabe, on ne peut pas y entrer, et que cela nuit aux Arabes avant quiconque, parce que l’Etat d’Israël a décidé que le droit s’applique à Tel-Aviv, Haifa et Raanana, mais pas à ces endroits là ».

Dans un entretien donné à la Deuxième chaîne, plus tard dans la soirée, Bennett a déclaré que la police avait fait le choix de ne pas faire respecter la loi dans des zones particulièrement problématiques, et a réitéré sa demande que dans le prochain gouvernement, le portefeuille de la sécurité publique soit donné au candidat à la Knesset d’HaBayit HaYehudi, Ayelet Shaked.

Les remarques de Bennett à l’Université de Tel-Aviv ont provoqué la colère des membres arabes et de la gauche du public qui ont quitté l’amphithéâtre en plein discours.

Le journaliste du Globes, Dror Feuer était parmi eux, et il a écrit sur Twitter que l’événement « était respectable dans son ensemble jusqu’à ce que Bennett en vienne à qualifier tous les Arabes de voleurs. Juste comme ça. Les étudiants et les arabes sont partis, et moi aussi ».

Aymen Oudeh, chef de la Liste Arabe unie, a répondu aux remarques de Bennett en disant qu’il « continuait avec son horrible incitation à la haine contre les citoyens arabes et proposait un horizon politique qui signifiait seulement la haine et la division ».

Le chef de HaBayit HaYehudi a riposté sur Facebook en expliquant qu’il avait été calomnié « avec toute la fausseté que l’on peut imaginer : je suis pour le meurtre d’Arabes responsables du massacre de cent Libanais, que je suis raciste, ignorant et vis dans la noirceur ».

S’adressant à Feuer, il a déclaré : « Mais il y a juste une petite chose, Dror : cela n’a jamais eu lieu. Tout est enregistré. C’est un mensonge total. »

« C’est très simple, Dror : soit vous publiez une correction et une excuse dans les 24 heures ou vous aurez un procès pour diffamation comme vous ne l’avez jamais vu avant », a-t-il écrit.