Une semaine après avoir sévèrement critiqué le président du Parlement européen Martin Schulz pour son discours à la Knesset, le président du parti Habayit Hayehudi Naftali Bennett lui propose la paix et une pièce de monnaie de 2 000 ans.

Les deux hommes se sont parlés pendant une heure à Bruxelles, lors de la visite de Bennett aux quartiers généraux de l’Union européenne à Bruxelles, et ont discuté, entre autres, du discours de Schulz prononcé mercredi dernier, dans lequel il a critiqué Israël pour son blocus de la bande de Gaza et accusé le pays de permettre aux Israéliens de consommer plus d’eau que les Palestiniens.

Le discours a indigné beaucoup de membres de la droite israélienne, et un bon nombre de députés, sous la coupe de Bennett, sont sortis de la salle au beau milieu pour montrer leur mécontentement.

Quelques minutes après la fin du discours de Schulz, Bennett a publié un communiqué demandant des excuses pour « deux mensonges que lui avaient raconté les Palestiniens. »

« Les mots entendus à la Knesset sont très graves, » a indiqué Bennett. « Le silence face à la fausse propagande légitime les actes contre les Israéliens. Je n’accepterai aucune fausse morale contre le peuple d’Israël, à la Knesset d’Israël. Et certainement pas en allemand. »

Lors de leur conversation mercredi, Schulz a garanti à Bennett qu’il se tiendrait toujours aux côtés d’Israël. Bennett a offert au politicien allemand une pièce de monnaie vieille de 2 000 ans, trouvée à Jérusalem, et l’a remercié d’avoir pris une position ferme contre les boycotts d’Israël.

Selon Channel 2, Bennett a expliqué qu’être parti pendant le discours à la Knesset était un « acte parlementaire. »

Les deux politiciens ont aussi dit vouloir développer encore davantage les relations qu’entretiennent Israël et l’Europe.

« L’Europe est le plus important partenaire commercial d’Israël et nous devons nous engager à développer nos liens, » a dit Bennett, selon un porte-parole.